•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alzheimer : début d'une vaste étude montréalaise

Couple de personnes âgées

Photo : IStockphoto

Radio-Canada

L'Institut universitaire en santé mentale Douglas, affilié à l'Université McGill, met en branle une imposante étude sur la prévention de la maladie d'Alzheimer.

Des chercheurs suivront pendant dix ans des adultes en santé et des adultes à risque de développer la maladie.

Selon le Dr John Breitner, il s'agit de la première étude épidémiologique de prévention de la maladie d'Alzheimer.

Son équipe d'une vingtaine de chercheurs recrutera ainsi 250 adultes de plus de 60 ans, en santé, mais qui ont un parent, un frère ou une soeur atteint de la maladie.

Le saviez-vous?

Une personne qui a un parent atteint de l'alzheimer risque deux ou trois fois plus de souffrir de cette maladie qu'une personne qui n'a pas ces antécédents familiaux.

Des examens par imagerie cérébrale et des analyses du liquide céphalorachidien seront effectués régulièrement pendant les années que durera l'étude.

L'objectif est de déterminer les facteurs préventifs susceptibles d'enrayer le développement de la maladie avant l'apparition des symptômes.

Depuis quelques années maintenant, les chercheurs constatent que la recherche de traitements pharmacologiques pour guérir la maladie ne donne pas les résultats escomptés et ne permet de soulager que certains symptômes.

De là, selon eux, l'importance d'investir dans la recherche pour la prévention de la maladie.

La maladie d'Alzheimer représente un problème de santé publique qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques au cours des prochaines années. Il est urgent de trouver des traitements de prévention efficaces.

Dr Judes Poirier, Centre de recherche en prévention de l'Alzheimer

Les chercheurs estiment que retarder l'apparition de la maladie de quelques années aura un impact majeur pour la société et pour le système de soins de santé.

Deux estimations illustrent bien le défi :

  • Si on retarde l'apparition de la maladie de 2 ans, on diminue de 30 % le nombre de cas de la génération actuelle.
  • Si on la retarde de 5 ans, on diminue de 50 % le nombre de cas dans une même génération.

L'étude se déroulera au Centre de recherche en prévention de l'Alzheimer, situé à l'Institut Douglas.

Les personnes qui désirent participer à cette étude peuvent appeler le numéro de téléphone suivant : 1 855 888-4485 (sans frais)

Le saviez-vous?

Un demi-million de Canadiens sont atteints de la maladie d'Alzheimer ou d'une démence connexe, et 71 000 d'entre eux ont moins de 75 ans (Société Alzheimer Montréal).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science