•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les constructeurs d'habitations dénoncent le plan d'urbanisme du Grand Montréal

Chantier de construction d'une maison

Chantier de construction d'une maison (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Julie Jacobson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association provinciale des constructeurs d'habitations du Québec (APCHQ) demande à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) de réviser les paramètres du Plan métropolitain d'aménagement et développement (PMAD) du Grand Montréal.

Ce plan se traduira par un gel des terrains constructibles, selon les bâtisseurs de maisons.

Le PMAD est un exercice de prospection. Il consiste à prévoir le développement urbain de la métropole montréalaise pour les 20 prochaines années. Le plan définit ainsi des zones vouées au développement résidentiel et d'autres qui seront protégées.

Dévoilé le 28 avril dernier, et aussitôt contesté par certains maires, le contenu du plan doit être discuté avec la population à l'automne afin d'être adopté dans sa forme finale par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) avant le 31 décembre.

En l'état actuel, « la solution proposée par le PMAD est un gel du territoire et une densification abrupte du périmètre urbain actuel et cela, sans égard aux besoins des ménages et à la capacité d'absorption du marché », a déploré mercredi Marc Savard, directeur général de l'APCHQ.

Se basant sur le stock des terrains encore disponibles, il a affirmé lors d'un point presse que « l'adoption du plan sonnerait le début de la fin pour la construction de maisons unifamiliales dans le Grand Montréal, et ce, même si notre étude démontre que la majorité des ménages désire toujours vivre dans ce type d'habitation. »

« Les maisons unifamiliales ne seraient dorénavant réservées qu'aux plus nantis de la société. »

— Une citation de  Marc Savard, directeur général de l'APCHQ

Les constructeurs d'habitation appellent donc la CMM à approfondir ses études, « de concert avec tous les intervenants du milieu ». L'APCHQ milite ainsi pour « un meilleur équilibre entre la densification et l'ajout de terrains à des fins de construction résidentielle. »

Elle souligne par ailleurs que le territoire du Grand Montréal n'est pas utilisé de façon optimale, les zones agricoles représentant aujourd'hui 60 % de la superficie, l'équivalent de deux fois et demie l'île de Montréal. « L'APCHQ propose donc l'utilisation progressive de seulement 5 % de ce vaste territoire non utilisé, et cela, en continuité du développement existant, ce qui suffirait à répondre aux besoins d'espaces urbains des 20 prochaines années en tenant compte des tendances démographiques », conclut Marc Savard.

Pour participer aux consultations publiques sur le PMAD et exprimer leur point de vue, les citoyens devaient au préalable s'inscrire sur le site Internet dédié. Les assemblées publiques se dérouleront du 28 septembre au 20 octobre 2011 à Montréal, Longueuil, Laval et dans certaines municipalités des couronnes nord et sud. Un rapport d'observation sera ensuite présenté au conseil de la CMM.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !