•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Troy Davis : exécution suspendue

Des manifestants à Atlanta contre l'exécution de Troy David

Des manifestants à Atlanta contre l'exécution de Troy David

Photo : La Presse canadienne / David Tulis

Radio-Canada

L'exécution de Troy Davis, emprisonné depuis plus de 20 ans pour le meurtre d'un policier blanc, a été retardée mercredi soir à la prison de Jackson, en Georgie.

Le prisonnier devait être exécuté par injection mortelle à 19 h, mais les autorités de la prison ont décidé de laisser le temps à la Cour suprême américaine de se prononcer sur une demande de suspension avant de procéder.

Le président américain Barack Obama a par ailleurs refusé d'intervenir mercredi soir contre l'exécution.

« Il ne relève pas du président des États-Unis de peser sur des affaires spécifiques comme celle-ci, qui est une procédure d'État fédéré », a indiqué le porte-parole du président, Jay Carney.

Troy Davis

Troy Davis

Photo : La Presse canadienne / Georgia Department of Corrections

Plus tôt mercredi, le comité des grâces de cet État du sud-est américain a confirmé avoir refusé d'accorder sa clémence à M. Davis, a fait savoir Amnistie internationale, qui a pris fait et cause pour ce dernier.

La réunion du comité était considérée comme la dernière chance pour le condamné, le gouverneur de Georgie ne disposant pas du droit de grâce comme c'est le cas dans de nombreux États américains.

Le cas de Troy Davis, un Noir américain condamné en 1991 pour le meurtre d'un policier blanc deux ans plus tôt à Savannah, était devenu un symbole de la lutte contre la peine de mort.

Il avait reçu l'appui de personnalités de premier plan, dont l'ex-président Jimmy Carter, le pape Benoît XVI et l'ancien directeur du FBI William Sessions.

Depuis sa condamnation, sept des neuf personnes qui avaient témoigné à son procès se sont rétractées, jetant le doute sur sa culpabilité.

Sa condamnation avait plusieurs fois été portée en appel, en vain. La Cour suprême avait aussi ordonné une nouvelle audition en 2010, une première en 50 ans pour un condamné à mort.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

International