•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une voie ferrée au coeur d'un litige entre la Ville de Montréal et le CP

La voie ferrée située dans le secteur de l’avenue Van Horne et du boulevard Rosemont.

La voie ferrée située dans le secteur de l’avenue Van Horne et du boulevard Rosemont.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Canadien Pacifique (CP) refuse de construire des passages à niveau pour permettre aux piétons de traverser la voie ferrée qui sépare le quartier Mile-End de l'arrondissement Rosemont-La Petite Patrie.

Chaque jour, des centaines de personnes empruntent cet accès, même si une affiche indique clairement que les contrevenants s'exposent à des poursuites judiciaires.

« C'est vraiment un problème qui est très présent dans la vie des gens parce que ça touche leur vie quotidienne. Ils ont besoin de se déplacer en ville », indique Nathalie Casemajor, membre du collectif Ouvert/Open qui a été créé l'an dernier pour militer pour la construction de passages piétonniers.

Le CP invoque la sécurité pour justifier son refus.

Aux yeux de nombreux citoyens, cette explication ne tient pas la route, puisque moins d'une dizaine de trains circulent sur cette voie ferrée quotidiennement et qu'on les entend venir de loin.

La Ville de Montréal, qui appuie les citoyens, entend maintenant faire appel à l'Office des transports du Canada pour qu'il tienne le rôle de médiateur entre elle et la compagnie ferroviaire.

Selon l'urbaniste Jean Décarie, qui a étudié cette question il y a 15 ans, il est temps que le dossier se règle. « C'est inacceptable. C'est une approche complètement rurale. On est en milieu urbain », fait-il valoir.

Des urbanistes de la Ville de Montréal travaillent d'ailleurs à mettre à jour cette étude pour mieux négocier avec le Canadien Pacifique.

Avec un reportage d'Émilie Dubreuil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !