•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couche-Tard : des employés dénoncent la fermeture d'un dépanneur

Fermeture d'un second Couche-Tard

Fermeture d'un second Couche-Tard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au lendemain de la fermeture sans préavis d'un magasin d'alimentation Couche-Tard, les employés ont vivement dénoncé, vendredi, la décision de l'entreprise.

Des travailleurs congédiés ont manifesté devant l'établissement pour signifier leur opposition à cette fermeture controversée.

Les 13 employés du commerce situé au coin des rues Iberville et Jean-Talon étaient en processus de négociation de leur première convention collective et affichaient, jeudi, des autocollants sur leurs vêtements en guise de moyen de pression.

La décision de la direction les a surpris, rapporte Luis Donis, représentant syndical des employés du Couche-Tard, accrédités depuis février : « J'étais à la caisse, ils ont dit à ma gérante de prendre la caisse, de nous diriger vers le backstore et qu'on avait deux minutes pour ramasser nos effets personnels et sortir ».

Après le départ des employés, en fin d'après-midi jeudi, des camions se sont présentés sur les lieux pour emporter tout ce qui se trouvait dans le dépanneur.

Pour le président de la CSN, le geste s'explique par une volonté de la direction de Couche-Tard de dissuader ses employés de se syndiquer. « C'est pas des raisons financières, je sais ce qu'ils vont prétexter, mais c'est des raisons idéologiques : ils ne veulent pas de syndicat, ils veulent des employés à genoux, des employés à qui ils peuvent faire faire ce qu'ils veulent, qu'ils vont payer au salaire minimum », a soutenu Louis Roy.

La CSN promet d'user de tous les recours juridiques appropriés pour contester la fermeture.

Alimentation Couche-Tard avait déjà fermé un autre établissement en voie de se syndiquer à Montréal le 6 avril dernier à l'angle des rues Beaubien et St-Denis.

Les deux autres magasins syndiqués de la chaîne sont situés dans l'arrondissement St-Hubert à Longueuil et à St-Liboire, près de Saint-Hyacinthe.

L'entreprise explique que la fermeture de magasins non rentables est une pratique courante.

Couche-Tard en quelques chiffres

  • Nombre de magasins (au 24 avril 2011) : 5795, situés dans les dix provinces canadiennes et dans 42 États américains
  • Nombre d'employés dans l'ensemble du réseau : 53 000
  • Revenus l'an dernier : 19 milliards de dollars américains
  • Profits l'an dernier : 370 millions de dollars américains
  • Revenus au trimestre qui a pris fin le 17 juillet : 5,2 milliards de dollars américains, en hausse de 23,9 % par rapport à la même période l'année précédente
  • Profits au trimestre qui a pris fin le 17 juillet : 139,5 millions de dollars américains, en hausse de 9,9 % par rapport à la même période l'année précédente

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !