•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux principaux partis politiques se battent à coup de désinformation

Le NPD accuse les conservateurs d'avoir voté pour des compressions de 500 millions de dollars.
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis le début de la campagne manitobaine, le NPD et le Parti progressiste-conservateur ont recours à la même technique afin de discréditer leur concurrent. Non seulement ils critiquent les propositions du parti adverse, mais ils lui attribuent des promesses négatives qu'il n'a jamais tenues.

Le chef des conservateurs, Hugh McFadyen, accuse le chef du NPD, Greg Selinger, de vouloir cacher quelque chose à la population manitobaine. Selon lui, pour équilibrer le budget, un gouvernement néo-démocrate devra augmenter les impôts de manière importante.

Hugh McFadyen a soutenu à plusieurs reprises depuis le début de la campagne que le NPD allait introduire la taxe de vente harmonisée au Manitoba.

Toutefois, dans le programme électoral du Nouveau Parti démocratique, il est écrit noir sur blanc qu'il n'introduira pas cette taxe. Par ailleurs, il n'y est nulle part fait mention d'une augmentation des impôts.

Le NPD utilise également ce genre de tactique de désinformation à l'encontre de son principal concurrent. Lors d'un débat télévisé, mercredi soir, Greg Selinger est à nouveau revenu à la charge avec son accusation que les conservateurs ont voté en faveur de compressions de 500 millions de dollars. La vérité est plus complexe.

Selon les explications du NPD, en juin 2010, le Parti conservateur a voté pour une motion demandant l'atteinte de l'équilibre budgétaire d'ici mars 2011. Or, en mars 2011, le déficit était de près de 500 millions de dollars. Hugh McFadyen affirme que les conservateurs n'ont jamais réclamé de compressions de ce montant.

« La vérité est souvent sacrifiée lors de campagnes électorales au profit de distorsions de la réalité », explique le politologue Paul Thomas. Il est cependant d'avis qu'il s'agit d'une des campagnes les plus négatives qu'il n'ait jamais vues.

« Les partis n'ont pas le choix d'exagérer leurs différences pour tenter de convaincre la population que l'enjeu est grand lors de l'élection », ajoute-t-il.

Cette raison expliquerait aussi pourquoi, par exemple, le Nouveau Parti démocratique accuse les conservateurs de vouloir privatiser Hydro-Manitoba, et le Parti conservateur impute au NPD de vouloir augmenter les tarifs d'électricité. Alors que les deux plaident pour un maintien de la propriété publique et de tarifs bas.

Élection Manitoba a reçu des plaintes concernant le non-respect des règles électorales. Les partis ne veulent pas en parler ouvertement, mais, selon un employé du NPD, le parti a déposé de cinq à sept plaintes contre les agissements du Parti conservateur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !