•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ propose de limiter le nombre d'immigrants

Radio-Canada

Le Parti québécois (PQ) plaide en faveur d'un ajustement du nombre d'immigrants accueillis annuellement par la province en fonction des ressources disponibles pour en « assurer l'intégration de façon vérifiable. » Le porte-parole officiel du PQ en matière linguistique et d'immigration Yves-François Blanchet refuse de préciser le nombre d'immigrants que la province devrait accueillir, mais il maintient qu'il faut en réduire le nombre.

M. Blanchet réagissait ainsi à la publication de cinq rapports de l'Office québécois de la langue française qui traitent de la situation du français dans la province et en particulier à Montréal. Le porte-parole du PQ en matière de langue dénonce l'anglicisation de la métropole québécoise.

« Il faudrait se réjouir du fait que 50 % des immigrants qui effectuent un transfert linguistique le font vers le français, ironise M. Blanchet, mais ça veut dire que 49 % le font vers l'anglais. » Il soutient que cette perspective n'est acceptable que pour ceux qui acceptent que l'anglicisation de Montréal soit inéluctable. Ce n'est pas le cas du PQ, prévient M. Blanchet.

Le PQ dénonce également l'inaction du gouvernement de Jean Charest qui se perd en conjectures, selon M. Blanchet. « Ce sont des chiffres de 2006, soutient-il. Il aura fallu cinq ans pour que le premier ministre admette que ces statistiques sont préoccupantes. Il est donc urgent d'agir pour renverser cette tendance qui menace la pérennité même du français. Il était déjà tard pour que le premier ministre fasse ce constat. Les Québécois veulent qu'il agisse maintenant! »

M. Blanchet déplore que, malgré la déficience des programmes de francisation des immigrants, le gouvernement maintienne le cap sur le nombre de 50 000 immigrants reçus au Québec chaque année. Il dénonce également le nombre de 45 000 immigrants avancé par la Coalition pour l'avenir du Québec (QAC) de François Legault. Ces chiffres sont arbitraires pour M. Blanchet, qui soutient que seul un équilibre entre la capacité d'accueil du Québec et le nombre d'immigrants reçus s'avère acceptable.

À défaut d'établir qu'il y a intégration réussie et harmonieuse, réduisons le nombre.

Yves-François Blanchet

Le PQ croit qu'il faut limiter le nombre d'immigrants afin de s'assurer de franciser la majorité d'entre eux, sans quoi l'anglicisation de Montréal et de la province deviendra irréversible. Il propose également la francisation des entreprises de 11 à 49 employés et l'application de la loi 101 au niveau collégial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique