•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des auteurs québécois poursuivent cinq universités américaines

Une bibliothèque
Radio-Canada

L'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) et les guildes américaine et australienne des auteurs ont entamé à New York des poursuites contre cinq universités américaines concernant un projet de bibliothèque en ligne.

Selon les plaignants, l'Université du Michigan, l'Université de Californie, l'Université du Wisconsin, l'Université de l'Indiana et l'Université Cornell ont acheté quelque 7 millions de livres protégés par le droit d'auteur auprès de Google afin de les offrir à leurs étudiants dans le cadre du projet HathiTrust. Il s'agit selon eux de « l'une des plus importantes violations des droits d'auteur de l'histoire », peut-on lire dans leur communiqué.

Les universités plaident que ces oeuvres sont orphelines, c'est-à-dire que les détenteurs des droits des livres en question sont inconnus ou n'ont pu être localisés.

Ce ne sont pas là des livres orphelins, ce sont des livres qui ont été kidnappés.

Angelo Loukakis, de l'Australian Society of Authors

La position des universités ne satisfait pas la présidente de l'UNEQ, Danièle Simpson. Elle s'explique mal que l'on qualifie son oeuvre d'orpheline alors qu'elle est « bel et bien vivante et active ».

La diffusion par les cinq universités du premier contingent d'oeuvres orphelines devrait débuter le 13 octobre prochain.

Rappelons que Google fait aussi l'objet de poursuites relativement à son projet de bibliothèque numérique. En mars dernier, un juge fédéral américain a rejeté une entente entre Google et les avocats représentant des auteurs et des éditeurs devant laisser le géant de l'Internet contrôler la plus imposante bibliothèque numérique au monde.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société