•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des forums publics pour mieux comprendre la route des Larmes

Un panneau recommande aux femmes de ne pas faire d'auto-stop sur la route 16

Un panneau recommande aux femmes de ne pas faire d'auto-stop sur la route 16

Photo : Betsy Trumpener

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les audiences de la Commission d'enquête publique sur la disparition des femmes débutent lundi à Prince Rupert dans le nord de la Colombie-Britannique.

La commission veut comprendre pourquoi au moins 18 femmes ont été assassinées ou portées disparues le long de la route 16, surnommée « la route des Larmes », entre Prince George et Prince Rupert. Aucune de ces affaires n'a encore été élucidée.

Le commissaire Wally Oppal veut trouver un moyen d'empêcher que ces incidents ne se reproduisent à l'avenir.

M. Oppal va se déplacer dans quatre autres communautés, dont Terrace et Smithers. La dernière rencontre se déroulera à Hazelton le 15 septembre.

Les tribunes publiques permettront aux familles des victimes de partager leurs inquiétudes

La commission a été mise sur pied l'année dernière afin de mieux comprendre le rôle de la police lors de la disparition de plusieurs femmes du quartier Downtown Eastside de Vancouver entre 1997 et 2002.

À la suite de pressions des chefs autochtones du nord de la province, la commission sur la disparition des femmes a décidé de se pencher aussi sur les disparitions dans le secteur de la route des Larmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !