•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services paramédicaux joueraient un plus grand rôle sous les conservateurs

Les conservateurs entendent élargir le rôle des ambulanciers paramédicaux.

Les conservateurs entendent élargir le rôle des ambulanciers paramédicaux.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Si le Parti progressiste-conservateur du Manitoba est élu le mois prochain, il s'attaquera à l'engorgement des salles d'urgence.

Les détails de la plateforme des soins de santé des conservateurs, obtenue par CBC, révèlent que ceux-ci accorderaient un rôle plus large aux services paramédicaux.

« Les services paramédicaux peuvent en faire plus que ce qui est le cas actuellement. Ils peuvent fournir davantage de traitements aux gens sur place, au lieu de seulement les transporter dans une salle d'attente des urgences », affirme le chef conservateur, Hugh McFadyen.

Il propose donc de revoir et d'étendre les normes de formation des paramédicaux à l'échelle de la province, afin de leur accorder l'autorité, en consultation avec les médecins, de décider de traiter les patients sur place, de les emmener aux urgences ou de les diriger vers des cliniques.

« Cela permettra d'enlever de la pression au personnel des urgences et aura pour effet d'accroître le rôle des ambulanciers paramédicaux, qui se trouvent en première ligne des soins de santé », ajoute M. McFadyen.

Les conservateurs promettent également l'embauche de 1700 infirmières supplémentaires, 250 médecins, 100 travailleurs des services paramédicaux, 75 infirmières praticiennes et 40 auxiliaires médicaux.

Par ailleurs, le PC entend mettre en service un hélicoptère médical à Brandon et ajouter cinq nouvelles ambulances à la flotte de Winnipeg.

Ces mesures coûteraient quelque 160 millions de dollars par année pour une période de six ans. Les conservateurs comptent les financer en réalisant des coupes budgétaires dans les offices régionaux de la santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !