•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des homélies font du bruit dans la Péninsule acadienne

croix-eglise
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon certains paroissiens du nord-est du Nouveau-Brunswick, un prêtre a récemment tenu des propos homophobes dans ses homélies.

Le père Donat Gionet a prononcé ces homélies en août dernier dans les églises de Saint-Léolin, de Paquetville et de Notre-Dame-des-Érables.

Selon plusieurs paroissiens, il a déploré au passage la tenue d'un défilé gai à Moncton. Il n'a pas ménagé non plus les personnes qui vivent en concubinage et les femmes qui ont subi un avortement.

Le maire de Saint-Léolin, Joseph Lanteigne, a sursauté en entendant les propos du père Gionet. Il s'est senti visé en raison de son orientation sexuelle. « C'est de valeur qu'on peut encore entendre des discours comme ça, porter jugement », déplore-t-il.

Lorenzo Mazerolle, un paroissien de Saint-Léolin, a entendu le sermon du père Gionet. « Il y a beaucoup de monde qui n'était pas content », souligne-t-il.

En entrevue, le père Donat Gionet ne se défile pas. Selon lui, les personnes homosexuelles et les femmes qui se font avorter détruisent l'Église. « Pas seulement les homosexuels, ces personnes-là vont à la communion, alors qu'elles ne devraient pas y aller », dit-il.

Le paroissien Lorenzo Mazerolle, qui aura bientôt 89 ans, croit que le prêtre de 85 ans a un discours des années 1950. « C'est un vieux curé, et il a des pensées arriérées », dit-il

Au Diocèse de Bathurst, le vicaire général, Wesley Wade, dit qu'il n'est pas au fait de cette controverse.

Entre-temps, le père Donat Gionet affirme qu'il a reçu beaucoup de félicitations à la suite de ses homélies. Selon lui, les personnes en concubinage qui voudraient communier n'ont qu'à se marier, et les gais, selon ses mots « n'ont qu'à cesser d'être gais ».

« Je suis assez vieux pour prendre l'audace de mes paroles », ajoute Donat Gionet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie