•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Égyptiens prennent d'assaut l'ambassade israélienne

Des manifestants tentent de jeter à terre un mur de protection érigé récemment près de l'ambassade israélienne.

Des manifestants tentent de jeter à terre un mur de protection érigé récemment près de l'ambassade israélienne.

Photo : AFP / MOHAMED HOSSAM

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ambassade israélienne au Caire a été prise d'assaut vendredi par des centaines de manifestants, forçant le décret de l'état d'alerte dans le pays. L'ambassadeur, sa famille et le personnel diplomatique ont dû fuir, se dirigeant vers l'aéroport dans l'attente d'un rapatriement.

Après avoir démoli le mur qui protégeait l'ambassade - le mur avait été installé après de récentes manifestations devant l'édifice -, les manifestants ont envahi l'ambassade où ils ont fait du saccage.

Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a d'ailleurs demandé l'aide des Américains pour « protéger l'ambassade des manifestants ».

Selon les bilans préliminaires, l'intervention des forces de l'ordre a fait quelque 500 blessés. Les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Les violences se poursuivaient toujours au petit matin, selon Akli Aït Abdallah, correspondant de Radio-Canada au Caire. Les images filmées au cours de la nuit montrent plusieurs brasiers dans les rues de la ville, dont des véhicules de police incendiés.

Plus tôt, les manifestants ont investi la place Tahrir, lieu emblématique du printemps arabe dans ce pays, pour réclamer l'établissement d'un calendrier précis pour l'instauration de la démocratie et la fin des procès militaires intentés à des civils. Ils avaient aussi scandé des slogans antiaméricains et anti-israéliens.

Car au-delà des tensions entre l'Égypte et l'État hébreu, d'importantes tensions internes entre le peuple égyptien et les forces de l'ordre, notamment avec la tenue du procès de l'ancien président Hosni Moubarak, expliquent également ces échauffourées.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...