•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harper sommé de s'excuser pour ses propos sur l'islamisme

Stephen Harper lors de l'inauguration de la mosquée Baitun Nur à Calgary, en 2008.

Stephen Harper lors de l'inauguration de la mosquée Baitun Nur à Calgary, en 2008.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Le Conseil suprême islamique du Canada (CSIC) et le Congrès islamique canadien (CIC) dénoncent les propos du premier ministre Stephen Harper sur l'islamisme.

Jeudi soir, le réseau CBC a diffusé une entrevue du premier ministre au cours de laquelle il a déclaré que « l'islamisme » représentait la plus importante menace pour la sécurité du Canada.

Le CSIC trouve inacceptable que le premier ministre associe l'islam au « radicalisme et au fanatisme », alléguant que ces attitudes sont « non islamiques » et que les musulmans canadiens ne reconnaissent pas « islamique » une personne impliquée dans des activités terroristes.

« Si les musulmans n'associent aucun fanatique, extrémiste, terroriste, avec l'islam, qui a donné le droit à un premier ministre chrétien d'associer de telles personnes avec notre religion? », demande-t-il dans un communiqué.

Le CSIC soutient que les commentaires de M. Harper vont nuire aux efforts visant à réduire les divergences culturelles et à combattre les activités extrémistes au Canada.

« Nous travaillons avec énergie pour réunir les gens de toutes les croyances afin de combattre l'extrémisme et le radicalisme, mais les commentaires de M. Harper sur l'islam ont nui à ces efforts », ajoute-t-il.

Le conseil demande aux musulmans, mais aussi à tous les Canadiens, d'appeler le bureau du premier ministre ou de lui envoyer des courriels afin qu'il s'excuse publiquement de ces propos insultants « la foi de 1,6 milliard de musulmans ».

De la rhétorique antimusulmane, selon le Congrès islamique canadien

Sans exiger des excuses, le CIC affirme sans détour que ces propos de M. Harper ne sont « rien de plus que de la rhétorique antimusulmane ».

Selon Mme Wahida Valiante, présidente du CIC, « les commentaires de M. Harper ciblent injustement la communauté musulmane, et c'est inapproprié, particulièrement de la part du premier ministre ».

Mme Valiante reconnaît que le terrorisme est une menace réelle au Canada, mais qu'il n'est pas exclusif à l'islam, ce que déclare également le CSIC.

« M. Harper devrait trouver des mots plus précis et appropriés, qu'"islamisme" pour identifier les menaces à la société canadienne », a-t-elle précisé en entrevue à Radio-Canada.ca.

« Je lui recommande fortement de prendre des mesures afin d'engager le dialogue avec la communauté musulmane », a-t-elle ajouté.

Avec les informations de La Presse canadienne