•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs manitobains veulent s'attaquer au crime

Hugh McFadyen, chef du Parti conservateur, en conférence de presse mardi à Winnipeg

Hugh McFadyen, chef du Parti conservateur, en conférence de presse mardi à Winnipeg

Photo : John Woods (PC)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef du Parti conservateur part en croisade contre le crime à la première journée officielle de la campagne électorale. Hugh McFadyen affirme « que les familles manitobaines veulent que le gouvernement provincial soit plus agressif dans sa lutte contre le crime » et que ce sera une des priorités de son parti, s'il est élu.

Il a blâmé les néo-démocrates pour le taux élevé de criminalité dans la capitale, qui a connu 29 meurtres depuis le début de l'année.

Hugh McFadyen promet d'instaurer une liste sur Facebook des criminels manitobains les plus recherchés. Il prévoit créer une unité spéciale pour gérer le contrôle des armes à feu et engager un plus grand nombre de procureurs de la Couronne.

Le chef conservateur veut également investir dans l'unité canine de la police de Winnipeg.

Ces initiatives coûteraient 4,6 millions de dollars par année selon le Parti conservateur.

« Le Manitoba est la Capitale du Canada en matière de crime organisé et rien n'a changé depuis que les néo-démocrates sont au pouvoir », insiste Hugh McFadyen. Il ajoute que les Manitobains veulent avoir des communautés plus sécuritaires et c'est ce que son parti s'engage à faire.

Parti libéral : même lutte au crime, autre vision

Le Parti libéral, qui compte un seul élu à l'Assemblée législative du Manitoba, mise aussi sur la criminalité. Le chef John Gerrard dit qu'il souhaite investir plus de 4,6 millions de dollars dans les centres récréatifs de la ville, pour tenter de contrer l'influence des gangs de rues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !