•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une subvention pour un film contre les sables bitumineux soulève des critiques

Feu sur le site d'exploitation de sables bitumineux Horizon Oil Sands, au nord de Fort McKay, en Alberta.

Photo : Youtube.com (archives)

Radio-Canada

Le gouvernement albertain est de nouveau critiqué pour avoir accordé une subvention pour un documentaire très sévère à l'endroit des sables bitumineux de la province.

Le film « Tipping Point : the age of the oil sands » (Moment-clé : l'ère des sables bitumineux), a été diffusé en janvier dans le cadre de l'émission The nature of things de David Suzuki, sur le réseau CBC, qui a participé à la production avec la compagnie Clearwater Media.

La présentation du documentaire sur le site Internet de CBC affirme que le film se concentre sur « le combat de David contre Goliath » qui se joue autour de la communauté de Fort Chipewyan. La communauté se trouve en aval des sites d'exploitation des sables bitumineux et connaît un taux de cancers plus élevé que la moyenne.

Plus de 230 000 $

Le film a reçu 239 083 $ du fonds albertain de développement multimédia. En 2010-2011, ce fonds a accordé environ 15 millions de dollars pour une centaine de films.

Le porte-parole de l'Association canadienne des contribuables pense que cette subvention n'encourage pas le développement économique et que ce genre de documentaire ne devrait pas être financé par des fonds publics.

Certains pointent aussi du doigt la contradiction entre le message du documentaire et les efforts importants engagés par l'Alberta pour défendre la réputation des sables bitumineux. Le gouvernement finance des campagnes de publicité, y compris dans certains grands journaux.

Tom Ranford, de la maison de production Clearwater, se défend en disant que l'industrie cinématographique a autant droit à de l'aide gouvernementale que l'industrie des sables bitumineux.

Diffusé internationalement

Il soutient aussi que les questions posées dans le film sont légitimes et que le documentaire donne une visibilité internationale à la province, puisqu'en plus d'avoir été diffusé à CBC, il a été vendu à la chaîne internationale Al-Jazeera et au réseau japonais NHK.

Ce n'est pas la première fois qu'un film reçoit une subvention controversée de la part de la province. En 2010, une subvention d'un peu plus de 50 000 $ avait été versée pour un film intitulé « Dirty oil » (Le pétrole sale). Le film avait été présenté au festival du film de Calgary.

Les règles pour le financement provincial prévoient que les subventions sont accordées en fonction de certains critères, dont la part des dépenses réalisées en Alberta. La pornographie, les émissions de téléréalité ou les publicités ne peuvent pas profiter de l'aide provinciale. Il n'existe aucun critère de financement quant à l'image de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Économie