•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente à l'OSM

Les musiciens de l'OSM dans leur nouvelle salle

Les musiciens de l'OSM dans leur nouvelle salle

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À la veille du concert inaugural de la nouvelle salle de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), ses musiciens et musiciennes ont voté majoritairement pour un projet d'entente collective.

Les 92 musiciens, qui étaient sans contrat de travail depuis un an, ont voté pour un nouveau contrat de travail incluant les recommandations présentées lundi par le médiateur nommé par le ministère du Travail, Robert Dupuis. Ce dernier avait été nommé en juin pour dénouer l'impasse entre la direction de l'OSM et ses musiciens.

Le nouveau contrat de travail d'une durée de 4 ans prévoit des augmentations salariales de 2,5 % pour les 3 premières années et de 3 % pour la dernière année. Concrètement, cela représente une hausse salariale de 1800 $ par an pour chaque musicien. Des gains ont aussi été réalisés quant au régime de retraite.

L'entente introduit également un projet multimédia permettant la diffusion et la mise en marché de concerts en direct sur le web, à la télévision et au cinéma. Les musiciens recevront un cachet additionnel relié à ce projet multimédia.

« Après plusieurs mois de négociations parfois difficiles, il s'agit d'une des rares ententes collectives prévoyant des hausses salariales qui est signée sans conflit de travail à l'OSM depuis 1988 », a déclaré le président du comité de négociation de l'Association des musiciens de l'OSM, Serge Desgagnés.

L'entente prévoit aussi des changements en ce qui a trait à la charge de travail, un point qui était au coeur du litige avec la direction. Le nouveau contrat prévoit de limiter la durée maximale de la journée et de la semaine de travail. Les musiciens ont obtenu de ne pas dépasser les 30 heures de travail par semaine, incluant les concerts et les répétitions.

Le président de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec, Luc Fortin, estime qu'il s'agit d'une entente acceptable dans le contexte d'une longue négociation. « Nous jugeons qu'il s'agit d'une entente acceptable qui, bien sûr, ne répond pas à l'ensemble de nos demandes pour la pleine reconnaissance du travail des musiciens et des musiciennes qui font la qualité exceptionnelle et la réputation internationale de l'OSM, mais qui constitue toutefois un pas important par rapport aux positions initiales de la partie patronale », a-t-il affirmé.

La direction soulagée

De son côté, la directrice générale de l'OSM, Madeleine Careau, s'est dite satisfaite de cette entente collective. Elle estime qu'il s'agit d'un compromis juste entre les revendications des musiciens et la nécessité de préserver l'équilibre budgétaire de l'orchestre.

Lucien Bouchard, président du conseil d'administration de l'OSM, a aussi estimé qu'il s'agissait d'un règlement négocié dans le meilleur intérêt des deux parties. « Autant la direction que le syndicat ont consenti à des compromis et fait preuve de l'ouverture d'esprit nécessaire pour en arriver à une entente », a déclaré M. Bouchard.

La nouvelle entente, rétroactive d'un an, sera valide jusqu'au 31 août 2014.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !