•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Katerina Thanou et Kostas Kenteris

Katerina Thanou et Kostas Kenteris

Photo : AFP / GABRIEL BOUYS

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les sprinteurs grecs Costas Kenteris et Katerina Thanou ont été acquittés par une cour d'appel d'Athènes des accusations d'avoir mis en scène un faux accident de moto pour échapper à un test antidopage à la veille des Jeux olympiques de 2004.

Cette affaire, qui traîne en longueur devant les tribunaux depuis sept ans, a finalement connu son dénouement mardi. Trois juges ont rendu une décision unanime après qu'un des procureurs eut recommandé d'abandonner la poursuite sur la base du doute raisonnable.

En mai dernier, Kenteris et Thanou avaient été trouvés coupables de parjure, ce qui avait entraîné un profond malaise pour le pays organisateur des Jeux de 2004. Ils avaient reçu une condamnation avec sursis de 31 mois de prison. Un appel avait aussitôt été déposé.

La cour d'appel a toutefois maintenu la sentence de 33 mois de prison imposée à leur entraîneur Christos Tzekos pour possession de substances interdites.

Ce dernier a du coup été blanchi des accusations de parjure concernant le faux accident de moto. Sa peine pour ces accusations a donc été réduite de 31 mois fermes à une condamnation avec sursis de 12 mois.

En statuant qu'ils étaient incapables de déterminer si l'accident de moto avait vraiment eu lieu, les juges ont aussi levé les accusations qui pesaient contre sept médecins d'un hôpital d'État qui ont soigné les deux athlètes, ainsi que contre deux individus témoins de l'accident.

Tous avaient écopé de sentences avec sursis de 6 à 15 mois de prison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !