•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC perquisitionne chez SNC-Lavalin

Logo de SNC-Lavalin
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mené jeudi des perquisitions dans les bureaux torontois de la firme d'ingénierie SNC-Lavalin.

Les perquisitions s'inscriraient dans le cadre d'une enquête sur des allégations de corruption concernant le projet de construction d'un pont au Bangladesh, le pont de la rivière Padma, dans lequel la Banque mondiale s'est engagée à hauteur de 1,2 milliard de dollars.

L'unité anticorruption de la Banque Mondiale aurait transmis le cas à la GRC après une enquête interne sur le processus d'appel d'offres.

L'agente de la GRC Julie Morel précise qu'aucune accusation n'a été portée pour le moment et que l'enquête suit son cours.

SNC-Lavalin a confirmé à Radio-Canada que l'entreprise « collabore pleinement » avec la police mais dit ignorer ce qui a pu motiver l'enquête. La firme d'ingénierie ajoute n'avoir aucune tolérance pour tout manque d'éthique.

Selon un porte-parole de la Banque Mondiale au Wall Street Journal, la GRC lui aurait confirmé que plusieurs employés de SNC-Lavalin sont sous enquête pour violation de la loi canadienne.

La Banque mondiale a signé en avril dernier un prêt de 1,2 milliard de dollars au gouvernement du Bangladesh afin de construire un pont de 6,5 km au-dessus de la rivière Padma, ce qui en ferait le plus grand du pays. Il doit relier la capitale à la région sud, où se trouve notamment le plus important port du pays, à Chittagong.

Le projet est également financé par le gouvernement japonais, la Banque asiatique de développement et la Banque islamique de développement pour un total de 2,9 milliards de dollars.

La part de la Banque mondiale n'aurait pas encore été déboursée. Elle a gelé ces fonds le temps de l'enquête.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !