•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des documents publiés par WikiLeaks concernent le Québec

Hydro-Québec
Hydro-Québec
Radio-Canada

Parmi les communications diplomatiques publiées vendredi par WikiLeaks, certaines parlent de rencontres entre le consulat des États-Unis à Montréal et des hauts dirigeants d'Hydro-Québec

L'une d'elles parle d'une rencontre tenue en décembre 2004 entre le président et directeur général de la société d'État, Thierry Vandal, et le consul américain à Québec peu de temps après le sabotage d'un pylône d'une ligne d'exportation dans les Cantons-de-l'Est. Il lui expose ce qui est arrivé et explique que la sécurité a été renforcée à la suite des événements.

Dans une autre communication diplomatique, il est question d'une rencontre au siège social d'Hydro-Québec à Montréal avec du personnel du consulat américain. Un membre de la direction de la société d'État aurait affirmé que les espoirs de la population concernant l'apport de l'énergie éolienne sont « franchement irréalistes ».

Selon ce document, cette personne ajoute que cela ne peut pas être dit publiquement par crainte qu'Hydro-Québec soit considérée comme étant contre l'environnement.

D'autres communications

Par ailleurs, d'autres communications diplomatiques concernent aussi le Québec. L'une d'elles provient du consulat américain à Montréal et a été rédigée en mars 2004. Elle traite de la présence du Hezbollah à Montréal.

Une source des autorités canadiennes y indique que des organisations terroristes utilisent les réseaux du crime organisé à Montréal pour se financer.

On peut aussi lire que des membres du Hezbollah et d'autres organisations terroristes font le trafic de drogues avec l'aide de ces réseaux, et qu'ensuite, ils envoient l'argent au Moyen-Orient.

Les consulats américains à Montréal à Québec s'intéressent beaucoup aux forces politiques en place, au fédéral et au provincial. Ils y vont de leurs prévisions électorales, à l'approche de scrutins.

Une communication du bureau de la capitale, datant de 2006, analyse notamment « la dérive du mouvement souverainiste ». Une autre s'intéresse aux tensions à Kanesatake, en 2004, après l'incendie de la maison de l'ex-chef de bande James Gabriel. Les manifestations étudiantes de 2005, contre la supression de bourses d'études, font également l'objet d'une note diplomatique.

Par ailleurs, une communication du consulat américain à Montréal se penche sur l'industrie du sexe à Montréal. Le document qualifie même la métropole de « Bangkok de l'ouest ». Une autre publication s'interroge sur l'influence qu'aurait eue Power Corporation, propriété de la famille Desmarais, sur le premier ministre Jean Charest, après qu'il eut adouci le ton vis-à-vis de l'approche environnementale de Stephen Harper à la conférence de Copenhague, en 2010.

International