•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bourses finissent la semaine en nette baisse

Courtier à la bourse de Paris

Le CAC 40 a perdu 3,59% vendredi.

Photo : AFP / Éric Piermont

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans le sillage des places boursières européennes, les marchés nord-américains ont terminé la semaine de vendredi en repli. Les investisseurs ont craint une rechute de l'économie des États-Unis, après l'annonce d'une croissance nulle des créations d'emplois en août.

À Toronto, l'indice TSX termine sur une légère baisse de 0,77 %. Sur la semaine, la bourse ontarienne finit quasiment à l'équilibre, affichant une hausse minime de 0,7 %.

À New York, l'indice Dow Jones a perdu 2,2 %, pour s'établir à 11 240,26 points. Le Standard & Poor's 500, référence des gérants de fonds, a cédé 2,53 %, tandis que le composite du Nasdaq reculait de 2,58 %.

Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 0,4 %, le S&P 500 0,2 % et le Nasdaq 0,02 %. Le quasi-sur-place des trois indices américains cette semaine s'explique par la hausse du marché sur les trois premiers jours de la semaine, notamment sur des espoirs d'introduction par la Réserve fédérale de nouvelles mesures visant à relancer la machine économique.

Les bourses européennes perdent du terrain

La Bourse de Paris a terminé en territoire négatif vendredi alors que le secteur bancaire a particulièrement souffert des inquiétudes sur la situation de la Grèce. L'indice CAC 40 abandonne 117,30 points, enregistrant une baisse de 3,59 % qui efface presque les gains réalisés depuis lundi.

À Londres, l'indice FTSE 100 finit la journée de vendredi sur un recul de 2,34 %. En Allemagne, en Italie, en Suisse et en Espagne, les places boursières sont à l'unisson. Francfort et Madrid perdent 3,4 %, Milan recule de 3,9 % et Zurich de 3,1 %.

L'indice Euro Stoxx 50, qui collige les 50 plus grosses capitalisations en Europe, affiche un repli de 5,52 %.

Dans la semaine, une série de chiffres parus en Europe avaient déjà mis les investisseurs sur la défensive. La baisse de l'activité manufacturière en Allemagne a démontré le ralentissement accru de la première économie européenne. Le secteur a atteint en août son plus bas niveau depuis près de deux ans. Les secteurs manufacturiers français, espagnol et italien, ainsi que de la zone euro dans son ensemble, se sont contractés au mois d'août.

Avec les informations de Bloomberg, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !