•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Flottille pour Gaza : l'ONU conclut qu'Israël a utilisé une force « excessive et déraisonnable »

Le Mavi Marmara

Un hors-bord escorte le Mavi Marmara, peu après son interception le 31 mai 2010.

Photo : AFP / Menahem Kahana

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un rapport qui devait être officiellement remis vendredi au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, une commission d'enquête mandatée par l'organisation conclut qu'Israël a utilisé une force excessive lors de l'assaut contre la flottille pour Gaza, en mai 2010, mais ne condamne pas le blocus de l'enclave palestinienne.

Dans le document dont le New York Times a obtenu copie, il est dit que la force utilisée par les commandos israéliens lors de l'abordage du Mavi Marmara était « excessive et déraisonnable ». Par contre, le blocus par Israël de l'enclave palestinienne est considéré comme légal.

Neuf militants turcs propalestiniens avaient été tués lors de cette opération menée en eaux internationales. Le rapport de la commission d'enquête souligne dans ses conclusions que certains passagers avaient offert une résistance organisée et violente.

D'autre part, le rapport recommande à Israël d'exprimer « une déclaration appropriée de regret » pour cette attaque et de verser des dédommagements aux blessés ainsi qu'aux familles des huit Turcs et de l'Américain d'origine turque qui ont été tués lors de l'intervention.

Toutefois, l'impact de ce rapport est considérablement amoindri parce que les membres de la commission qui sont de la Turquie et d'Israël se sont dissociés de ses conclusions.

L'attaque du 31 mai 2010 avait soulevé l'indignation de la communauté internationale. En outre, elle avait jeté un froid entre la Turquie et Israël.

La publication de ce rapport de la commission d'enquête présidée par l'ancien premier ministre de la Nouvelle-Zélande, Geoffrey Palmer, avait été reportée à plusieurs reprises afin de permettre un rapprochement entre les deux pays.

Toutefois, les parties n'ont pas réussi à s'entendre sur le récit des événements, pas plus que sur les conclusions du document. En ce sens, il ne fait pas consensus selon les dires de l'ONU.

Les représentants de la Turquie à l'ONU et le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou ne veulent pas commenter ce rapport avant sa publication officielle prévue pour vendredi.

Rectificatif

Dans une version précédente de cet article, nous écrivions que le rapport de l'ONU « condamnait » l'assaut israélien. Le rapport qualifie plutôt « d'excessive et déraisonnable » la force utilisée par les forces israéliennes. Par ailleurs, le rapport juge « inacceptables » les pertes de vies et les blessures résultant de l'utilisation de la force par l'armée israélienne lors de l'arraisonnement du Mavi Marmara.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !