•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Wade Belak : la LNH promet d'agir

Wade Belak

Wade Belak se faisait surtout valoir par ses poings

Photo : PC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le commissaire de la Ligue nationale de hockey, Gary Bettman et le directeur de l'Association des joueurs, Don Fehr, ont affirmé jeudi que le décès de Wade Belak et de deux autres bagarreurs de la LNH ne restera pas sans suite.

Selon des sources de la CBC, l'ancien joueur de Leafs et des Predators de Nashville se serait suicidé mercredi dans un hôtel de Toronto.

Wade Belak était connu pour ses bagarres sur les patinoires de la LNH, tout comme Derek Boogaard et Rick Rypien, morts cet été.

Dans un communqiué conjoint, Gary Bettman et Don Fehr assurent que « ces événements tragiques ne peuvent être ignorés ».

Ils ne précisent pas cependant quelles mesures pourraient être adoptées.

Selon Gary Bettman et Don Fehr, toutes les options seront explorées.

Les appels à l'élimination de la violence au hockey se multiplient.

Derrière les poings

La mort de Wade Belak a surpris tout le monde, y compris l'ancien psychologue des Leafs de Toronto, Paul Dennis, qui l'a côtoyé.

Selon lui, personne n'aurait pu penser que derrière les éclats de rire pouvait se cacher un malaise apparemment si profond.

Le psychologue croit que l'image des durs à cuire est si forte qu'elle les empêche d'avouer leurs faiblesses.

De nombreuses études font pourtant le lien entre les coups répétés et la dépression.

Ces coups ont fini par rattraper l'ancien hockeyeur de la LNH, Jim Thomson.

Il dit s'être réfugié dans l'alcool et la drogue.

Il croit que ce style de vie qu'adoptent souvent les durs à cuire a fini par emporter Derek Boogaard, Rick Rypien et Wade Belak.

Selon lui, il faut éliminer la violence au hockey.

Le professeur d'éducation physique de l'Université de Montréal, George Larivière pense qu'il n'est pas utopique de croire que la ligue nationale de hockey se range un jour à ces arguments.

Ç[[citation auteur="George Larivière " ]]a demandera du courage. Mais j'espère que ça ne prendra pas d'autres événements malheureux pour qu'on se décide à dire que les bagarres sont interdites.

Pour le moment, la LNH résiste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !