•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Claude Robinson ira devant la Cour suprême

    Claude Robinson
    Claude Robinson

    Claude Robinson rejette le jugement de la Cour d'appel du Québec qui a réduit de moitié le montant des dédommagements que lui avait accordé la Cour supérieure du Québec pour le plagiat de son oeuvre, Robinson Curiosité. Il a décidé de porter sa cause en Cour suprême.

    Le montant des dédommagements qui lui avaient été accordés est passé de 5,2 millions à 2,5 millions de dollars, une somme insuffisante, selon M. Robinson, pour payer ses avocats. « Je suis ruiné », explique-t-il.

    On dit que pendant 16 ans j'ai eu raison de poursuivre. J'ai dit la vérité. On confirme que c'est un plagiat et là on me punit. Je ne comprends pas.

    Claude Robinson

    L'auteur croit que la Cour d'appel n'a peut-être pas eu tout le temps nécessaire pour bien saisir le dossier. « Les juges de la Cour d'appel sont débordés. Alors un dossier qui comprend plus de 20 000 pages, 72 heures de vidéo... est-ce qu'ils ont eu tout le loisir de tout le lire, de tout comprendre? »

    L'auteur plagié reproche par ailleurs aux juges d'avoir eu de la sympathie pour ceux qu'il poursuit, puisqu'ils soulignent à la page 62 du jugement le travail considérable fourni par Cinar et ses associés dans l'élaboration de l'oeuvre plagiée.

    C'est-à-dire qu'un voleur de banque qui se présente à une banque et qui veut retirer de l'argent par force, rendu au procès, le juge va dire "pauvre lui il a travaillé fort pour son vol".

    Claude Robinson

    Même si c'est un suicide financier, Claude Robinson veut aller jusqu'au bout de son combat. Il craint que s'il ne le fait pas, la décision de la Cour d'appel porte atteinte aux droits de tous les auteurs. « Si on laisse un jugement de même devenir jurisprudence, c'est un jugement qui nuit à tous les créateurs. Et moi, je n'ai pas l'intention de nuire aux créateurs ».

    Claude Robinson a jusqu'au 29 septembre pour présenter une demande d'appel devant la Cour suprême. D'ici là, il devra trouver les centaines de milliers de dollars nécessaires pour terminer son combat.

    D'après l'entrevue de Christian Latreille avec Claude Robinson

    Arts