•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : de meilleures conditions demandées pour les préposés aux bénéficiaires

Une personne âgée et son infirmière
Photo: AFP / François Lo Presti
Radio-Canada

La CSN réclame de Québec une amélioration des conditions de travail des préposés aux bénéficiaires dans les résidences privées pour personnes âgées.

Le vice-président régional de la CSN, Daniel Charette, croit que les 672 places subventionnées en résidences privées au Bas-Saint-Laurent devraient au moins permettre d'augmenter les salaires. « Le comité de travail qu'on veut mettre en place au gouvernement, c'est justement pour revoir toute cette façon de faire au niveau des salaires », ajoute-t-il.

Le gouvernement n'impose aucune échelle salariale, quel que soit le nombre de personnes âgées surveillées. « Le gouvernement verse une somme d'argent pour chaque lit subventionné, indique la présidente de CSN Bas-Saint-Laurent, Nancy Legendre. On ne contrôle pas combien de personnes seront en place pour prendre soin du nombre de bénéficiaires dans l'établissement. On pense que ça devrait être contrôlé. »

La CSN déplore qu'une résidence privée certifiée n'est obligée d'avoir qu'un seul préposé formé, peu importe le nombre de bénéficiaires, pour chaque quart de travail.

Le syndicat dénonce aussi les conditions de travail des préposés. Il soutient que beaucoup de gens en âge avancé ne reçoivent pas les services dont ils ont besoin parce que le personnel est insuffisant et que les salaires y sont trop bas.

Les préposés aux bénéficiaires des 172 résidences privées pour personnes âgées du Bas-Saint-Laurent sont en majorité des femmes, âgées en moyenne de 44 ans.

Le syndiqué à la CSN, René Dextraze, souligne que seulement quatre résidences privées de la région ont du personnel syndiqué. Les conditions salariales y sont malgré cela à peine supérieures au salaire minimum. « C'est vraiment aberrant, déplore René Dextraze. Ça fait neuf ans que je travaille au centre où je suis présentement. Je gagne 11,90$ l'heure. »

Il s'inquiète également de la rareté des jeunes intéressés à son métier, dans un contexte de vieillissement de la population.

Est du Québec

Santé publique