ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ouragan Irene arrive à New York

Un piéton devant le pont de Manhattan, à New York

Un piéton devant le pont de Manhattan, à New York

Photo : La Presse canadienne / Mary Altaffer

Radio-Canada

Après avoir touché les côtes de la Caroline du Nord, samedi matin, l'ouragan Irene a poursuivi sa route vers le nord de la cote est américaine pour atteindre New York en fin de soirée.

« L'extrémité de l'ouragan est arrivée sur nous », a déclaré le maire de New York, Michael Bloomberg, lors d'une conférence de presse.

Le maire a demandé aux résidents de rester chez eux. « Ne sortez pas dans les rues, restez chez vous ou dans les centres d'accueil », a-t-il insisté, ajoutant qu'il était « trop tard pour partir », pour les personnes qui n'avaient pas observé les consignes d'évacuation dans les zones inondables.

Alors que des vents violents soufflaient sur la ville, le maire a dit s'attendre à une importante montée des eaux dans la matinée, dimanche.

New York s'est préparé au « scénario du pire »

À l'approche d'Irène, 370 000 résidents de New York ont reçu un ordre d'évacuation obligatoire. Samedi matin, le maire Bloomberg avait incité les résidents des zones inondables qui n'ont toujours pas quitté leur domicile à le faire de toute urgence. « On ne peut pas se préparer au meilleur scénario. Il faut se préparer au scénario du pire », a-t-il dit en conférence de presse.

Il a indiqué que les personnes évacuées pouvaient se rendre dans l'un des 91 centres mis à leur disposition. En tout, 75 000 personnes peuvent être accueillies dans ces refuges, a-t-il précisé.

Ce magasin de Manhattan se prépare à l'arrivée d'Irene.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce magasin de Manhattan se prépare à l'arrivée d'Irene.

Photo : Lili Boisvert

Tous les réseaux de transport en métro et en bus de la ville de New York ont été interrompus, à la mi-journée. Les autorités craignent notamment l'inondation des tunnels. De plus, la fermeture des trois aéroports new yorkais, dont l'aéroport international J.F. Kennedy, a forcé l'annulation de milliers de vols.

Par ailleurs, la présence policière dans les régions de la mégapole visées par l'ordre d'évacuation a été augmentée. Les autorités ont réquisitionné des autobus scolaires pour le transport des personnes qui sont dans l'impossibilité de se déplacer, qui logent notamment dans des hôpitaux et des foyers.

L'État de New York pourrait fermer les principales autoroutes en direction de la métropole si les vents dépassaient les 96 km/h. Il a mobilisé 900 gardes nationaux et 2500 travailleurs du secteur de l'électricité pour qu'ils puissent intervenir en cas de pannes d'électricité.

À 20 h, l'oeil d'Irene se trouvait à 485 km au sud-ouest de New York. Les vents de l'ouragan de catégorie 1 soufflaient à un maximum de 128 km/h.

Il se déplace à une vitesse de 26 km/h, comparativement à 21 km/h en après-midi.



Irène fait ses premières victimes

L'ouragan a fait ses premières victimes en territoire américain. Jusqu'à présent, le bilan est d'au moins neuf morts, soit cinq en Caroline du Nord, trois en Virginie et un en Floride, selon le réseau CNN qui cite des responsables des services d'urgence.

En Caroline du Nord, un homme serait mort d'une crise cardiaque dans le comté d'Onslow alors qu'il installait des planches de bois sur ses fenêtres. Un autre aurait perdu la vie au cours de la nuit dans le comté de Pitt, après que sa voiture eut dérapé sur la chaussée détrempée et percuté un arbre. Deux personnes ont perdu la vie lorsque des arbres sont tombés sur leur automobile. Un enfant est également mort lors d'une collision entre deux automobiles à une intersection où les feux de circulation étaient en panne.

En Virginie, trois personnes, dont un garçon de 11 ans, sont mortes lorsque des arbres sont tombés sur leur résidence ou leur automobile.

En Floride, un homme de 55 ans qui faisait du surf à New Smyrna Beach est mort après avoir subi de graves blessures en raison d'un fort ressac produit par Irene.

Deux personnes secourues d'un bateau à voile tentent de se rendre sur la plage à Norfolk, en VirginieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux personnes secourues d'un bateau à voile tentent de se rendre sur la plage

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/TheVirginian-Pilot, Bill Tiernan

En plus des nombreux arbres déracinés, plusieurs routes fermées et d'autres inondées alors que les vents puissants et les fortes pluies s'abattaient à quelques kilomètres de l'oeil du cyclone.

Un million de foyers privés d'électricité

Plus d'un million de foyers sont privés d'électricité en Caroline du Nord, en Virginie, au Maryland et au Delaware.

À New York, le distributeur d'électricité Consolidated Edison envisage un délestage dans le sud de Manhattan où les menaces d'inondations sont les plus aiguës. Enfin à Boston, les autorités pourraient fermer une centrale nucléaire si les vents sont trop forts.

Au New Jersey, les activités de la centrale nucléaire d'Oyster Creek ont été suspendues par mesure de précaution à cause de la force des vents. Elle alimente en énergie 600 000 foyers.

En tout et partout, 2,3 millions d'habitants ont reçu un ordre d'évacuation, dont un million au New Jersey, 315 000 au Maryland, 300 000 en Caroline du Nord, 200 000 en Virginie et 100 000 au Delaware.

Des résidents de Kill Devil Hills, en Caroline du Nord, affrontent Irene.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des résidents de Kill Devil Hills, en Caroline du Nord, affrontent Irene.

Photo : AFP / Scott Olson

Le président Obama visite un centre de crise

Samedi matin, le président américain Barack Obama s'est rendu dans un centre de crise qui a été mis en place au quartier général de l'Agence fédérale des secours d'urgence à Washington (FEMA). Il a déclaré que la côte est allait vivre « 72 longues heures » en ajoutant que « le plus gros problème pour moi maintenant, ce sont les inondations et l'électricité » et que cela pourrait durer des jours, voire plus.

En prévision de l'arrivée d'Irene, l'état d'urgence a été déclaré dans 10 États américains, où les autorités ont mobilisé une multitude de membres de la garde nationale.

Au moins 65 millions de personnes pourraient être touchées par le passage de l'ouragan.

L'ouragan menace de causer des milliards de dollars de dommages le long d'une région densément peuplée, qui comprend notamment Washington, Baltimore, Philadelphie, New York et Boston.

Irene progressera le long de la côte est américaine, avant d'atteindre l'est canadien.

Ottawa invite ses ressortissants à la prudence

La ministre d'État des Affaires étrangères, Diane Ablonczy, a demandé samedi aux Canadiens qui se trouvent sur la côte est américaine de respecter les consignes des autorités. Dans un communiqué, la ministre les a invités à faire preuve de prudence et à s'informer en écoutant les bulletins de nouvelles diffusés par les stations locales.

Sur son site Conseils aux voyageurs, Ottawa déconseille les déplacements sur la côte est des États-Unis, de la Caroline du Nord au Massachusetts. Le gouvernement invite les Canadiens sur place à s'inscrire sur le site Inscription des Canadiens à l'étranger pour que ses représentants soient en mesure, au besoin, de les joindre.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International