ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construction de l'oléoduc Keystone XL : un obstacle de moins

La carte du projet de construction de l'oléoduc Keystone XL.
Tracé existant et expansion originellement proposée de l'oléoduc Keystone XL Photo: TransCanada
Radio-Canada

Le département d'État américain approuve l'étude du projet d'oléoduc Keystone XL mise de l'avant par TransCanada. Les environnementalistes s'attendaient à cette décision.

Les groupes environnementaux désiraient que les responsables du département d'État se penchent sur la possibilité que l'oléoduc puisse être déplacé pour éviter les zones environnementalement sensibles du Midwest américain, et vérifient si ces oléoducs sont sujets à des fuites.

Il n'y a pas moyen de savoir si ces études ont été menées, déclare Danielle Droitsch, conseillère principale au sein du National Ressources Defense Council. Selon elle, même si le rapport attendu tranche en faveur de TransCanada, l'entreprise pétrolière aura toutefois affaire à d'autres obstacles.

Cette décision survient alors qu'une campagne de désobéissance civile de deux semaines est organisée à l'extérieur de la Maison-Blanche par des activistes antioléoduc.

Plus de 250 personnes ont été arrêtées, dont l'actrice canadienne Margot Kidder, alors qu'elles tentent de convaincre le président américain Barack Obama de bloquer le projet de 7 milliards de dollars. Ce projet ferait négocier le brut albertain provenant des sables bitumineux par le Montana, le Dakota du Sud, le Nebraska, le Kansas, l'Oklohoma, et, enfin, les raffineries texanes situées sur la côte du Golfe du Mexique.

Des environnementalistes canadiens prévoient une campagne semblable à Ottawa le mois prochain. Greenpeace Canada, le Conseil des Canadiens et l'Indigenous Environmental Network mèneront une campagne de désobéissance civile sur la colline parlementaire le 26 septembre.

Le président Obama dispose de 90 jours pour décider si l'approbation de l'oléoduc favorise l'intérêt national.

Affaires

Économie