•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Communauté métropolitaine de Québec veut freiner l'étalement urbain

plan CMQ

Le plan de développement a été adopté par l'ensemble des villes de la CMQ.

Radio-Canada

La Ville de Québec et les 27 municipalités de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) souhaitent limiter l'étalement urbain au-delà de leurs frontières.

Elles demandent au ministère des Affaires municipales de rejeter les plans de développement urbain de quatre villes de la MRC de Portneuf.

La CMQ privilégie la densification à l'étalement urbain et elle souhaite maintenant que son modèle soit adopté par les villes voisines.

Jeudi, les membres de la CMQ ont entériné quatre avis défavorables à l'égard des plans de développement urbain des municipalités de Donnacona, Pont-Rouge, Saint-Basile et Lac-Sergent.

Le vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec François Picard interpelle maintenant le ministre des Affaires municipales Laurent Lessard. « On souhaite surtout que le gouvernement du Québec fasse un petit peu comme la CMQ, c'est à dire imposer ou proposer que les MRC voisines s'imposent des cibles également. »

Ingérence de la CMQ?

Le maire de Lac-Sergent, Denis Racine, se demande ce que la CMQ vient faire dans le plan d'urbanisation des villes voisines. Ce dossier ne la concerne pas, selon lui, et il plaide que la réalité des petites villes est différente.

« Le ministère nous demande de définir des périmètres urbains jusqu'en 2020. Et là évidemment si on a plus de terrains pour développer puis on a plus de terrains pour 2020, c'est la quadrature du cercle là. Ils vont un peu trop loin », a déclaré le maire Denis Racine.

La MRC de Portneuf se défend bien de vouloir accentuer l'étalement urbain en lançant de nouveaux développements domiciliaires dans au moins quatre municipalités de son territoire.

Le préfet de la MRC de Portneuf et maire de Saint-Léonard, Denis Langlois, affirme que sa région a besoin de travailleurs après des années de vache maigre.

La MRC de Portneuf a vécu la crise forestière de façon très dure, avec des fermetures d'usines à Saint-Léonard, à Donnacona.

« Suite à ces fermetures-là, il y a eu des plans de diversification de développement, de façon qu'aujourd'hui, la MRC de Portneuf est en pénurie de main-d'oeuvre. Nous, pour répondre à cette pénurie-là, il faut attirer de nouvelles personnes qui résident dans la MRC », dit M. Langlois.

Québec

Société