•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les assises du tunnel Viger n'avaient pas été inspectées

Des ingénieurs aux abords du tunnel Viger, le 1er août 2011
Des ingénieurs aux abords du tunnel Viger, le 1er août 2011 Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Radio-Canada

Les assises sur lesquelles reposait le paralume qui s'est effondré dans le tunnel Viger de l'autoroute Ville-Marie, le 31 juillet dernier, n'avaient pas été inspectées par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

L'information émane d'un rapport d'inspection du MTQ publié en ligne vendredi. On y apprend que les paralumes avaient bel et bien été inspectés en 2008, mais pas les assises, contrairement à ce qu'a toujours affirmé le ministre des Transports Sam Hamad.

Rappelons que la structure qui s'est effondrée en juillet dans le tunnel Viger est un paralume, un treillis de béton qui permet d'éviter que les automobilistes soient éblouis par les rayons du soleil. Ce paralume était soutenu par une poutre, qui est tombée après que l'assise sur laquelle elle reposait se fut effritée.

Selon le rapport rédigé par la firme SNC-Lavalin et intitulé Évaluation de la capacité portante du système de paralumes - Tunnel Viger direction Est, l'inspection des assises du tunnel ne faisait pas partie du mandat d'analyse. Les auteurs du rapport suggèrent que la solidité des poutres et des paralumes était sécuritaire, mais ils précisent ne pas avoir étudié la solidité des assises.

À deux reprises, les auteurs rappellent que « les appareils d'appui et les murs supportant les poutres sont exclus du mandat » et indiquent que les « appareils d'appui des paralumes doivent être inspectés et une cote de comportement doit leur être donnée ».

Le rapport, qui date de janvier 2011, souligne aussi certaines déficiences des paralumes. On peut notamment y lire que les paralumes n'ont aucune armature transversale pour le cisaillement. Le rapport signale également que l'inspection générale de l'ouvrage en 2008 avait révélé « des signes de délaminage ainsi que des fissures diagonales de cisaillement dans les zones d'appui de ces poutres ».

À la suite de l'effondrement, le ministre Sam Hamad et sa sous-ministre Anne-Marie Leclerc ont déclaré au cours de plusieurs points de presse que la structure même du tunnel avait été inspectée. Ils affirmaient entre autres que le rapport montrait que l'ouvrage ne souffrait d'aucune déficience.

Le paralume tombé le mois dernier a forcé la fermeture de l'autoroute Ville-Marie en direction est pendant une semaine. Personne n'a été blessé.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique