•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de souverainistes à la première assemblée du NMQ

Première assemblée du NMQ
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ) a tenu dimanche sa première assemblée citoyenne au cégep Saint-Laurent de Montréal.

Près de 400 personnes ont participé à l'événement, dont trois députés péquistes démissionnaires : Lisette Lapointe, Pierre Curzi et Jean-Martin Aussant. Ils ont été chaudement applaudis par l'assistance.

Louise Beaudoin, retenue par un autre engagement, n'était pas présente à cette première assemblée. Sa proposition de tenir des états généraux du mouvement souverainiste a été appuyée par Lisette Lapointe et Pierre Curzi. Pierre Dubuc, ancien dirigeant du SPQ-Libre, groupuscule de gauche au sein du Parti québécois, s'est aussi rangé derrière l'opinion de la députée du Rosemont.

Parmi les participants, on pouvait remarquer également François Parenteau, membre des Zapartistes.

Créé par des transfuges et des souverainistes déçus du Parti québécois, le NMQ se veut une initiative citoyenne qui ambitionne de remettre à l'avant-plan le discours indépendantiste.

Lisette Lapointe et Pierre Curzi
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lisette Lapointe et Pierre Curzi

Les ex-députés péquistes présents se sont défendus de diviser le vote souverainiste.

« C'est pas un meilleur véhicule [pour la souveraineté]. À mon sens, le Parti québécois est encore un bon véhicule, sauf que dans son fonctionnement, et c'est une des raisons pour lesquelles je suis parti, il me semble que son fonctionnement a vieilli et n'est plus adéquat pour combler le fossé que je constate entre la classe politique et les citoyens », a indiqué Pierre Curzi

« On n'est pas quelque chose qui divise le vote souverainiste, on n'est pas un parti politique. Les citoyens ici veulent créer un mouvement. Et un mouvement, ça va aider tous les partis souverainistes », a affirmé Lisette Lapointe.

À l'issue de la rencontre, l'instigateur du NMQ, Jocelyn Desjardins, a plaidé pour la réconciliation de tous les partis et militants qui veulent la souveraineté.

« C'est un appel à l'union. On nous a accusés de diviser les choses, mais au départ, à la base même de ce mouvement, c'est d'offrir une alternative au changement », a déclaré M. Desjardins.

Le PQ écorché

Dans un manifeste intitulé Brisons l'impasse, le NMQ a été très critique envers le PQ, qu'il décrit comme un parti « usé » et dont le projet souverainiste « appartient à une autre époque ».

Samedi, des souverainistes comme Fernand Daoust et Jacques-Yvan Morin ont appelé à l'unification des rangs souverainistes, invitant les dissidents du PQ à rentrer au bercail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !