•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ruée vers le nord

La Terre

Photo : NASA

Radio-Canada

De nombreuses espèces de plantes et d'animaux se déplacent vers les hauteurs et s'éloignent de l'équateur pour échapper au climat terrestre qui se réchauffe, et ce, beaucoup plus vite que ce qui était estimé à ce jour, montre une étude britannique.

Le chercheur taïwanais I-Ching Chen et ses anciens collègues de l'Université York ont compilé des données du monde entier, mais particulièrement en Europe et en Amérique du Nord. Ils estiment que les plantes et les animaux se sont déplacés en altitude deux fois plus vite que prévu dans les analyses antérieures.

De plus, ces espèces sont remontées en latitude pour fuir la chaleur trois fois plus vite que ce qu'avaient anticipé les scientifiques.

En moyenne, les quelque 2000 espèces étudiées s'éloignent de l'équateur à la vitesse d'environ 16,9 km par décennie et migrent en altitude de 11 mètres par décennie.

Le Dr I-Ching note que les vitesses de déplacement varient beaucoup selon les espèces.

Quelques exemples

Le pica d'Amérique, un petit rongeur que l'on retrouve dans le parc national de Yellowstone, ne dépassait jamais une altitude de 2377 mètres en 1900. En 2004, il a été trouvé à 2895 mètres d'altitude.

Les espèces européennes déménagent aussi. Un papillon britannique s'est ainsi déplacé de 217 kilomètres en 21 ans, pendant qu'une petite araignée du même territoire fuyait vers le nord de 320 kilomètres en 25 ans.

Le détail de cette étude est publié dans le magazine Science.

Le saviez-vous?

Les données du gouvernement américain indiquent que la dernière décennie est la plus chaude jamais enregistrée.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Écologie

Science