•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anciens médicaments, nouvelles indications

Plusieurs types de pilules

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un programme informatique, qui détermine les effets potentiels de médicaments sur des maladies pour lesquelles ils n'ont pas été initialement créés, a été mis au point par des chercheurs américains.

Le Pr Atul Butte et ses collègues de l'Université Stanford expliquent que si une molécule agit sur un certain gène dans le cas d'une maladie, elle peut logiquement avoir un effet thérapeutique contre une autre maladie associée aussi à ce gène.

Le programme a ainsi permis de mettre au jour des compatibilités potentielles entre des molécules existantes et des maladies contre lesquelles les médecins n'avaient jamais pensé qu'elles pourraient être bénéfiques.

Par exemple, des médicaments utilisés contre l'ulcère ou les crises d'épilepsie pourraient recevoir de nouvelles indications contre le cancer du poumon et les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin.

Le fait de trouver de nouvelles indications à des médicaments déjà autorisés permet habituellement d'éviter les tests des différentes agences réglementaires nationales, ce qui permet de faire une économie de temps et d'argent.

Les résultats complets de ces travaux sont publiés dans la revue Science Translational Medicine.

Des médicaments ont déjà trouvé un double bénéfice par le passé. C'est le cas du minoxidil, qui était pris à l'origine contre les douleurs de poitrine, mais qui favorise la croissance des cheveux.

Le saviez-vous?

Les scientifiques estiment qu'il faut en moyenne 15 ans et 800 millions de dollars pour découvrir et introduire sur le marché un nouveau médicament.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !