•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec, Montréal et Longueuil interpellent Ottawa sur l'avenir du pont Champlain

Pont Champlain

Pont Champlain

Radio-Canada

Le premier ministre Jean Charest insiste sur la nécessité d'un projet de transport en commun sur le pont Champlain et demande au gouvernement fédéral d'envoyer un signal clair sur l'avenir du pont Champlain.

Des élus locaux et provinciaux étaient réunis à Montréal jeudi matin pour discuter des problèmes de congestion routière dans la grande région montréalaise.

Aucune annonce concrète n'a été faite à la suite de cette rencontre. Le premier ministre a toutefois indiqué que son ministre des Transports, Sam Hamad, annoncera à court terme - mais pas aujourd'hui - des mesures additionnelles pour faciliter la circulation routière lors de la rentrée, à la fin août.

Jean Charest, Sam Hamad, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, et la mairesse de Longueuil, Caroline Saint-Hilaire, ont surtout envoyé un message d'unité entre les élus de la région métropolitaine et le gouvernement du Québec.

Le ministre Hamad devrait donner une conférence de presse vendredi sur les travaux à venir sur le pont Mercier.

« Les deux pieds sur les freins », critique l'opposition

En réaction à la conférence de presse tenue en matinée, le porte-parole de l'opposition officielle en matière de transports, Nicolas Girard, a critiqué l'inaction du gouvernement.

« La congestion routière coûte 1,4 milliard de dollars par année à l'économie montréalaise », a affirmé M. Girard.

Or, le gouvernement du Québec semble avoir « les deux pieds sur les freins plutôt que les deux mains sur le volant », a renchéri le député du Parti québécois (PQ).

Il a également déploré l'absence du ministre fédéral des Transports, Denis Lebel. « Je comprends qu'il y a des gens de la Société des ponts [un organisme fédéral], mais nous, on veut le ministre autour de la table », a soutenu le député du PQ.

L'ouverture de l'estacade du pont Champlain parmi les solutions envisagées

Le ministre Hamad a dit ne pas être fermé à l'idée d'ouvrir l'estacade du pont Champlain à la circulation des autobus, comme le révélait mercredi Radio-Canada. Cette solution, envisagée dans le rapport d'experts sur lequel les élus se penchaient jeudi matin, a déjà été mise en oeuvre, mais pour les voitures, lors de la crise d'Oka, pour offrir une voie de contournement au pont Mercier, sur lequel les Mohawks avaient dressé des barricades.

Graphique illustrant le trajet de l'estacade

Parmi les autres recommandations du rapport :

  • limiter le nombre de places de stationnement dans les cégeps et les universités tout en envisageant la gratuité des titres de transport en commun pour les étudiants;
  • aménager des stationnements incitatifs dans les centres d'achats;
  • éviter les interruptions de service sur le pont Victoria aux heures de pointe et instaurer plus de stationnements sécurisés pour les vélos près des tours de bureaux;
  • renforcer le transport fluvial entre Montréal et la Rive-Sud du Saint-Laurent;
  • optimiser la voie réservée aux transports collectifs sur le pont Champlain.

Il n'a pas été question de ces mesures lors du point de presse des élus.

Avant l'été, plusieurs élus avaient promis que des dispositions concrètes seraient prises d'ici la rentrée afin de fluidifier la circulation.

Commencer par améliorer les services d'autobus

Selon Normand Parisien, de l'organisme Transport 2000, cette concertation devrait avoir eu lieu beaucoup plus tôt et devrait avoir lieu sur une base permanente.

Quant aux solutions pour décongestionner le réseau routier de la métropole, M. Parisien soutient qu'il faut augmenter l'offre de transport en commun en donnant la priorité aux transports en commun sur les grands axes, et en augmentant les services d'autobus.

Pas de décision au sujet de Champlain

En ce qui concerne le pont Champlain, au cabinet du ministre fédéral des Transports Denis Lebel, on précise jeudi que les conclusions des rapports sur l'état du pont sont actuellement passées en revue et que toutes les options sont encore sur la table.

Grand Montréal

Infrastructures