•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Benoit XVI communie avec la jeunesse à Madrid

Benoît XVI est accueilli par des milliers de jeunes à Madrid.

Benoît XVI est accueilli par des milliers de jeunes à Madrid.

Photo : AFP / Cesar Manso

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le pape Benoît XVI a été accueilli par des milliers de pèlerins en liesse jeudi à Madrid, où il participera jusqu'à dimanche aux Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ). Son arrivée survient après une nuit de vives tensions dans la capitale espagnole.

Le pape a atterri dans la matinée à l'aéroport de Madrid-Barajas, où l'attendaient le roi Juan Carlos et son épouse, la reine Sofia. Il a ensuite traversé la ville à bord de la papemobile pour aller à la rencontre des milliers de pèlerins venus du monde entier pour participer aux JMJ.

Sur le tarmac de l'aéroport, Benoit XVI s'est réjoui de sa visite à Madrid. « Écouter, prier ensemble avec les jeunes » et « célébrer l'eucharistie avec eux me cause une immense joie », a-t-il déclaré dans son discours d'arrivée.

Des jeunes gens vêtus de costumes nationaux chantaient et dansaient sur son passage et sur la place Cibeles, où le pape a prononcé un discours.

Des centaines d'homosexuels s'étaient donné rendez-vous pour s'embrasser à pleine bouche au passage du pape, mais ils ont été repoussés par la police. La manifestation, organisée par Facebook, visait à dénoncer les positions jugées rétrogrades du Vatican. Un seul couple a réussi à poser pour les photographes lors du passage du pape.

Un couple gay s'embrasse au passage de la papemobile.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un couple gay s'embrasse au passage de la papemobile.

Photo : AFP / Pedro Armestre

Sans évoquer les scandales des prêtres pédophiles, Joseph Ratzinger a évoqué les trois défis - moral, économique et religieux - auxquels font face les jeunes des 193 pays représentés aux JMJ.

« Ils voient la superficialité, la consommation et l'hédonisme régnants, tant de banalité au moment de vivre la sexualité, tant de manques de solidarité, tant de corruption. Ils savent que, sans Dieu, il serait difficile d'affronter ces défis », a observé le pape, qui a aussi dénoncé « la dépréciation, la discrimination ouverte ou larvée » du christianisme. Il a demandé aux jeunes de ne pas avoir « peur » d'afficher leur foi.

Le pape a fustigé durement l'attitude contemporaine consistant selon lui à vouloir forger soi-même sa propre morale, y voyant une dérive dangereuse : « nombreux sont ceux, qui, se croyant des dieux, pensent ne pas avoir besoin d'autres racines ni d'autres sources qu'eux-mêmes. Ils voudraient décider eux-mêmes ce qui est vérité ou pas, ce qui est bien ou mal, le juste et l'injuste ! »

Puis, il a planté un olivier pour symboliser une foi qui doit avoir des racines solides, thème proposé aux jeunes lors de ces JMJ.

Les déclarations aériennes du pape

Peu avant son arrivée à Madrid, le pape Benoît XVI a plaidé pour une économie privilégiant « l'homme » et non « le profit ». « L'économie ne peut fonctionner comme une économie autorégulée. L'homme doit être au centre de l'économie, qui n'est pas le profit, mais la solidarité », a déclaré le pape à des journalistes qui l'accompagnaient dans l'avion. « Cela se confirme dans la crise actuelle [...] L'économie ne peut se mesurer par le maximum de profit. Il faut se mettre au service de la protection du travail pour tous », a ajouté Benoît XVI.

Le pape a également reconnu qu'il y avait « eu des abus dans l'histoire pour imposer le concept de vérité et le monothéisme ».

Benoît XVI lors d'une cérémonie d'accueil sur la place CibelesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Benoît XVI lors d'une cérémonie d'accueil sur la place Cibeles

Photo : AFP / Rafa Rivas

Manifestations entre partisans et pourfendeurs de la papauté

Benoit XVI est arrivé à Madrid après une nuit émaillée d'incidents dans la capitale espagnole, où s'étaient rassemblés des milliers de manifestants pro et anti-visite papale. Les uns et les autres se sont échangé des insultes et des slogans hostiles, alors qu'ils étaient séparés par des cordons de policiers.

Des heurts ont éclaté en fin de soirée entre policiers et quelque 4000 manifestants antipape, selon les autorités. Ils ont été délogés à coups de matraque de la place de la Puerta del Sol, lieu symbolique des manifestations de ces derniers mois contre la crise économique et le chômage.

Onze personnes ont été légèrement blessées et sept manifestants arrêtés, selon la police.

Ils criaient des slogans hostiles au pape et aux JMJ : « Cette jeunesse n'est pas celle du pape »; « Stop, transphobie, sexisme, homophobie »; « Nous exigeons un véritable État laïque, la liberté de conscience est un droit ».

Des centaines de pèlerins participant aux JMJ les ont accueillis sur la Puerta del Sol en criant « Vive le pape » ou « Cette jeunesse est celle du pape ». D'autres chantaient « Alléluia », priaient, jouaient de la musique.

Puis le ton est monté, des cris de « Pédéraste, attention aux enfants » ou « Votre pape est un nazi » fusant du côté des manifestants.

Bataille de chiffres

Les défenseurs de la laïcité estiment que les différentes administrations vont dépenser plus de 100 millions d'euros (141 millions de dollars) pour ces JMJ. Ils dénoncent notamment les coûts liés à la sécurité, ou encore à l'hébergement des pèlerins.

De leur côté, les organisateurs des JMJ affirment que ces journées, dont ils estiment le coût à 50,5 millions d'euros (70 millions de dollars), sont autofinancées par les contributions des pèlerins et les dons d'entreprises. Ils évaluent à 100 millions d'euros les retombées des Journées pour l'économie locale.

Benoît XVI effectue sa troisième visite en Espagne en six ans de pontificat.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !