•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joe Biden entame son voyage en Chine

Joe Biden arrive en Chine avec sa petite-fille Noami

Joe Biden arrive en Chine avec sa petite-fille Noami

Photo : AFP / Lintao Zhang

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le vice-président américain, Joe Biden, est arrivé en Chine pour un voyage officiel de cinq jours, alors que Washington est la cible des critiques de Pékin concernant la gestion de sa dette.

Au cours de son voyage, Joe Biden doit s'entretenir avec le son homologue Xi Jinping, qui doit succéder au président Hu Jintao en 2013.

La dette américaine occupera à coup sûr une bonne partie des discussions bilatérales. L'entente du 2 août dernier sur le relèvement du plafond de la dette américaine et la réduction des dépenses n'a pas impressionné Pékin.

« La Chine, en tant que plus grand créancier étranger des États-Unis et en tant que plus important détenteur étranger de dollars, est bien évidemment plus préoccupée que d'autres par la politique des États-Unis », a écrit mercredi le Quotidien du Peuple, l'organe officiel du Parti communiste chinois.

« Nous exhortons le gouvernement américain à assumer ses responsabilités avec sérieux et à prendre des mesures concrètes », ajoute l'article du Quotidien du Peuple.

La Chine avait déjà dénoncé la « dépendance à la dette » des États-Unis et exhorté sans ménagement Washington à cesser de vivre au-dessus de ses moyens.

La Chine détient quelque 1170 milliards de dollars en bons du Trésor américain.

Joe Biden se veut rassurant

Dans une interview publiée mercredi par le magazine économique chinois Caijing, Joe Biden s'est voulu rassurant.

« Je tiens à le dire clairement: le gouvernement Obama s'emploie sans compter à préserver les fondamentaux de l'économie américaine afin de garantir la sécurité, la liquidité et la valeur des obligations du Trésor américain, et ce vis-à-vis de tous les investisseurs (...) y compris la Chine », a-t-il dit.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !