•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libye : les rebelles démentent toute négociation avec le régime

Rebelle libyen

Les rebelles libyens affirment qu'ils ont pris le contrôle de Zaouia.

Photo : AFP / MARC HOFER

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les rebelles démentent toute discussion avec des représentants du régime de Mouammar Kadhafi. Sur le terrain, les insurgés affirment être « dans une phase décisive » après avoir enregistré des succès militaires dans plusieurs villes clés de la Libye.

Ces deux derniers jours, des sources tunisiennes faisaient état de pourparlers qui se tenaient sur l'île de Djerba entre des représentants de la rébellion et des émissaires du colonel Kadhafi. Négociations auxquelles devait participer l'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, le Jordanien Abdel Ilah Khatib, qui est arrivé lundi à Tunis.

L'ONU et les rebelles ont démenti mardi cette information. À New York, le secrétariat général des Nations unies a nié toute participation d'Abdel Ilah Khatib à d'éventuelles discussions entre Tripoli et le Conseil national de transition libyen (CNT). À Benghazi, le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, a lui aussi infirmé la nouvelle, indiquant qu'il n'y a « pas de négociations, directes ou indirectes, avec le régime ».

Zaouia aux mains des rebelles

Sur le terrain, les insurgés auraient engrangé des gains notables face aux troupes loyalistes. « Bientôt, nous libérerons tout le sud de la Libye. Nous espérons fêter la victoire finale en même temps que la fin du ramadan », qui s'achève fin août, a indiqué mardi Mansour Saif al-Nasr, le représentant en France du CNT affirmant que les rebelles « contrôlent totalement Zaouia qui ouvrira la porte vers Tripoli ».

Lundi, le CNT avait déjà annoncé qu'il avait pris le contrôle des villes de Gharyane et Sorman, situées respectivement à 50 km au sud et à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Tripoli. L'objectif des rebelles étant de prendre la capitale en tenaille.

Il devient de plus en plus clair que les jours de Kadhafi sont comptés, que son isolement est de plus en plus important chaque jour.

Une citation de :Jay Carney, porte-parole de la Maison-Blanche

Ces succès ont permis aux rebelles de prendre position sur un segment de la route côtière, coupant ainsi la ligne d'approvisionnement entre la Tunisie et Tripoli. Les insurgés ont aussi progressé ces derniers jours à Brega, poste avancé depuis avril des pro-Kadhafi dans l'est du pays. Les combats, qui se poursuivaient mardi, ont fait 15 morts dans les rangs des insurgés, qui contrôleraient désormais la quasi-totalité de la zone résidentielle.

Kadhafi appelle la population à prendre les armes

À Tripoli, le porte-parole du régime, Moussa Ibrahim, s'est toutefois montré optimiste. Il a assuré que l'armée avait le « contrôle total » de Zaouia et de Sorman, et qu'elle était en train de « traiter la situation » dans plusieurs autres localités de la région en proie à des « bandes armées ».

Dans une intervention téléphonique à peine audible à la télévision nationale, le « guide » libyen a une nouvelle fois appelé lundi ses partisans à prendre les armes. « Le sang des martyrs nourrit le champ de bataille », a soutenu le colonel Mouammar Kadhafi. « La fin du colonialisme est proche. La fin des rats [les rebelles] est proche, car ils s'enfuient », a-t-il ajouté.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !