•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Urgences : le temps d'attente s'est allongé cet été dans les hôpitaux montréalais

Urgence
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le temps d'attente dans les urgences des hôpitaux montréalais s'est allongé ces cinq dernières semaines par rapport à l'été 2010. Selon les chiffres du ministère de la Santé, le nombre de patients qui ont attendu plus de 48 heures aux urgences est passé en moyenne quotidienne de 59 à 84.

Chaque jour, les services du ministère de la Santé comptabilisent le temps d'attente dans les urgences du Québec, sachant que 48 heures constituent la limite théorique à ne pas dépasser. Or, depuis le début du mois de juillet, 25 personnes de plus que l'été dernier ont patienté plus de deux jours aux urgences avant de consulter un médecin.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, confirme l'allongement du temps d'attente à l'urgence dans les hôpitaux de l'île de Montréal. Il tient cependant à minimiser ce chiffre, considérant qu'il s'agit d'une « légère détérioration » au regard des 2500 patients traités quotidiennement dans les services d'urgence au Québec.

Un manque de places intermédiaires

Cette détérioration aurait pour principale cause les trop nombreux patients hospitalisés qui occupent un lit en attendant qu'on leur trouve une place en hébergement. Yves Bolduc compte donc aider l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal à déployer son plan de développement de places d'hébergement dites intermédiaires. Il promet ainsi l'ajout d'un millier de places en ressources intermédiaires.

« On fait un travail extrêmement intense au niveau de la région de Montréal », souligne le ministre de la Santé, qui précise avoir concentré ses efforts l'an dernier dans les régions de Lanaudière, de Laval et des Laurentides. Aujourd'hui, « on voit une amélioration très significative » dans ces zones, indique Yves Bolduc, affirmant qu'il va « passer beaucoup de temps avec Montréal » pour améliorer l'attente à l'urgence.

Ces derniers jours, les salles d'urgence de Montréal affichent un taux d'occupation global de 130 %. La situation est particulièrement tendue dans les hôpitaux Jean-Talon et du Lakeshore, dont les taux d'occupation avoisinent les 200 %. Un fort achalandage est également constaté dans les urgences de l'hôpital Notre-Dame et de l'hôpital Royal Victoria.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !