•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième peau électronique

Le système électronique épidermique
Radio-Canada

Un timbre épidermique adhérant sans colle à la peau et capable de mesurer des signes vitaux grâce à des capteurs électroniques a été mis au point par des chercheurs américains.

Plus fin qu'un cheveu, ce système électronique épidermique (Epidermal Electronics System ou EES) s'applique facilement sur la peau, comme un tatouage temporaire.

Cet instrument microélectronique peut, par exemple, capter le rythme cardiaque ou encore l'activité cérébrale et musculaire. Il est composé de :

  • capteurs
  • diodes lumineuses
  • transmetteurs miniaturisés

Ces pièces sont reliées entre elles par un réseau de filaments.

À l'heure actuelle, les technologies permettent de mesurer le rythme cardiaque, les ondes cérébrales et l'activité musculaire, mais elles sont lourdes et encombrantes.

Le nouveau timbre, qui ne pèse pratiquement rien, ne possède pas de branchement extérieur et demande très peu d'énergie pour fonctionner.

Notre but était de mettre au point une technologie électronique pouvant s'intégrer à la peau humaine d'une manière qui est mécaniquement et physiologiquement invisible à l'utilisateur.

John Rogers, Université de l'Illinois

Ce timbre mesure moins de 50 microns d'épaisseur (un micron équivaut à un millième de millimètre) et est intégré dans un film de polyester.

Le Dr John Rogers ajoute que cette percée aura certainement d'autres fonctions. Par exemple, ce timbre pourrait activer des sons chez des personnes atteintes de certaines maladies du larynx et aider à contrôler l'apnée du sommeil.

Les chercheurs pensent qu'il pourrait éventuellement permettre la diffusion de fluides, ce qui ouvrirait la voie à la création de bandages électroniques qui aideraient particulièrement à soigner des brûlures.

Le détail de cette invention est décrit dans le magazine Science.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science