•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaz de schiste : Québec nomme un écologiste au sein du comité d'évaluation environnementale

Le ministre de l'Environnement du Québec, Pierre Arcand

Le ministre de l'Environnement du Québec, Pierre Arcand

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, a annoncé mercredi qu'un écologiste siégera au comité d'évaluation environnementale stratégique sur l'industrie du gaz de schiste.

Il s'agit de François Tanguay, qui aura pour mandat de défendre le point de vue des groupes environnementaux au sein de ce comité chargé d'évaluer l'impact environnemental de cette industrie controversée.

François Tanguay est un écologiste de longue date. Ancien directeur de Greenpeace pour le Québec entre 1992 et 1997, il dirige présentement la Coalition québécoise du bois. Par le passé, il fut l'un des cofondateurs des Amis de la Terre, régisseur à la Régie de l'énergie de 1997 à 2007 et président du conseil d'administration de l'Agence de l'efficacité énergétique.

Si François Tanguay a accepté la proposition du ministre Arcand, c'est pour « apporter des compétences et des trucs » que les autres membres du comité n'ont pas, affirme-t-il. Il considère en outre que le débat sur le gaz de schiste a besoin de « plus d'informations, de plus de fond et de plus de connaissances, et c'est pour ça que j'y vais, sans a priori ».

À la question de savoir s'il ne sera pas la caution écologique du comité, François Tanguay estime qu'on « peut toujours spéculer sur le placement d'une personne ». Dans son cas, il « ose espérer que c'est à cause de [son] expérience ».

Avec la nomination de François Tanguay, le ministre Arcand répond aux critiques exprimées à la suite de la création du comité en mai. Les opposants à l'exploitation du gaz de schiste déploraient le fait que le comité était majoritairement composé de hauts fonctionnaires et de représentants de l'industrie.

Le comité, maintenant formé de 11 personnes, devra soumettre un premier rapport intermédiaire en mai 2012.

L'évaluation environnementale stratégique était l'une des recommandations du rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) rendu public le 28 février dernier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Ressources naturelles

Environnement