•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Goldman Sachs accusée de faire grimper artificiellement le prix de l'aluminium

Goldman Sachs
GoldmanSachs Photo: AFP
Radio-Canada

Les pratiques d'entreposage et de livraison de l'aluminium appliquées par la banque d'investissement Goldman Sachs seraient responsables de l'envolée du prix de l'aluminium.

La banque est visée par une plainte déposée à la Bourse des métaux de Londres (LME), où le prix des métaux est fixé.

Pour des raisons de logistique, le premier marché de métaux non ferreux entrepose les surplus d'aluminium un peu partout dans le monde.

25% de l'aluminium géré par la Banque des métaux de Londres est stocké à Détroit, dans des entrepôts de Goldman Sachs.

La banque américaine conserve l'aluminium jusqu'à ce qu'il soit livré aux acheteurs.

Mais le métal ne sort qu'au compte-gouttes des entrepôts de Goldman Sachs, et les délais de livraison, entraîneraient une certaine rareté qui pousse les cours à la hausse.

Coca-Cola, qui a besoin d'aluminium pour fabriquer ses cannettes, a formulé une plainte à la Bourse des métaux de Londres.

Le géant des boissons gazeuses explique que la situation est artificiellement organisée pour faire monter les prix.

L'économiste Marc-Urbain Proulx souligne que les conséquences sont fâcheuses pour les consommateurs.

Les acheteurs paient le produit plus cher, ça se répercute sur le prix des produits et en fin de compte, c'est le consommateur qui paie pour cette espèce de spéculation.

Marc-Urbain Proulx

Les longs délais dans la livraison de l'aluminium permettraient à Goldman Sachs d'empocher des millions de dollars en frais de location, car les acheteurs doivent aussi payer les frais d'entreposage.

Accords commerciaux

Économie