•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement du Québec veut se mettre à l'heure des réseaux sociaux

Site de la consultation du gouvernement du Québec sur l'utilisation du web 2.0

Site de la consultation du gouvernement du Québec sur l'utilisation du web 2.0

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec entend se mettre à l'heure du web 2.0, à l'image de ce que d'autres gouvernements dans le monde ont fait ces dernières années, pour mieux répondre aux attentes des citoyens sur les politiques et la gestion de l'État.

Québec invite la population à lui suggérer des moyens pour que le gouvernement utilise le potentiel des réseaux sociaux, comme Twitter et Facebook, afin de faciliter une meilleure interaction.

Quelques dizaines de suggestions sont déjà en ligne sur le site de la consultation publique, qui vient de débuter.

On cherche une manière de faire participer les citoyens aux choix de politiques du gouvernement et des suggestions pour que l'État soit plus transparent et ouvert à divulguer de l'information. Ce sont d'ailleurs les sujets les plus discutés.

« Les gens peuvent soumettre leurs idées, donner leurs commentaires et voter sur les idées apportées. Il y a des débats et des discussions qui ont lieu en ligne », affirme Joëlle Bernard, qui travaille à ce projet appelé « Consultation publique Web 2.0 ».

Rattraper le retard

Les gouvernements de la Colombie-Britannique, du Royaume-Uni et des États-Unis ont déjà modifié des politiques en raison des commentaires et d'échanges avec des citoyens sur leurs sites interactifs.

Quant à la Nouvelle-Zélande, elle a récemment changé sa nouvelle loi sur la police après avoir sollicité l'aide de ses citoyens.

Toutefois, la tâche est plus ardue qu'il n'y paraît. Des questions de sécurité des données et de protection des renseignements personnels sont à prévoir.

De plus, la mise en place d'un outil interactif exige nécessairement une plus grande transparence de la part de l'État, et même « un changement complet de mentalité » au sein de l'appareil gouvernemental, selon Henri-François Gautrin, député libéral de Verdun et chargé du projet de consultation de Québec.

La consultation doit durer encore quelques mois. Dès cet automne, Québec promet des recommandations pour la mise en place d'un mode d'utilisation des plateformes interactives l'an prochain.

Avec le reportage de Josée Thibeault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

Politique