Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Émeutes à Londres après la mort d'un jeune homme abattu par la police

Manifestation à Tottenham

Un autobus à deux étages incendié

Photo : AFP / Leon Neal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des résidents du chaud quartier de Tottenham, dans le nord de Londres, ont manifesté leur colère samedi soir après qu'un jeune homme eut été abattu par la police.

Deux voitures de police, un édifice et un autobus à deux étages ont été incendiés et des émeutiers ont été impliqués dans des affrontements avec des policiers devant le poste de police de Tottenham, où des citoyens s'étaient réunis pour demander « justice » à la suite de la mort de l'homme de 29 ans, tué à l'issue de ce qui semble avoir été une fusillade.

David Akinsanya, un résidant du secteur âgé de 46 ans, a décrit la situation comme étant très mauvaise et admis ne pas se sentir en sécurité. Selon M. Akinsanya, il devait y avoir entre 400 et 500 manifestants, mais la police parlait plutôt de 300.

Des sirènes ont retenti partout en ville alors que les autorités ont accru les renforts sur la scène des violences. À Tottenham, des vitrines de commerces ont été fracassées et des résidents ont pillé les magasins, poussant dans les rues, à toute vitesse, des paniers d'épiceries remplis de marchandises volées.

Situé à plusieurs kilomètres des attractions touristiques du centre de Londres, Tottenham est l'un des quartiers les plus défavorisés de toute la Grande-Bretagne, alors que près de la moitié des enfants vivent dans la pauvreté, selon des militants.

En 1985, Tottenham avait été le théâtre d'une émeute meurtrière après qu'une résidente du secteur eut été victime d'un arrêt cardiaque à la suite d'une descente policière dans sa demeure.

Ces émeutes avaient été parmi les plus violentes dans l'histoire du pays, alors qu'un officier avait été poignardé à mort en tentant de protéger des pompiers. Près de 60 personnes avaient dû être hospitalisées.

Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !