•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nombre record d'Américains survivent grâce aux bons alimentaires

Les bons alimentaires sont acceptés dans ce commerce de New York (archives).

Les bons alimentaires sont acceptés dans ce commerce de New York (archives).

Photo : AFP / Spencer Platt

Radio-Canada
Mis à jour le 

Près de 46 millions d'Américains bénéficient du programme de bons alimentaires du ministère de l'Agriculture des États-Unis, selon un rapport dévoilé le 1er août.

Les données du mois de mai 2011, les plus élevées de l'histoire de ce programme, confirment une augmentation de 12,1 % du nombre de bénéficiaires par rapport à la même date l'an dernier.

Au Texas, pas moins de 3,9 millions de personnes doivent recourir aux bons alimentaires pour vivre. La Californie, avec ses 3,7 millions de bénéficiaires, n'est pas en reste, tout comme la Floride et l'État de New York (3 millions de personnes chacun).

Vingt-deux États américains ont connu une hausse d'au moins 10 % du nombre de bénéficiaires entre mai 2010 et mai 2011. L'Alabama, le New Jersey et la Caroline du Nord ont connu des hausses de plus de 20 %.

La plus forte hausse a été observée en Alabama, où deux fois plus de personnes ont dû recourir à l'aide alimentaire entre 2010 et 2011, passant de 800 000 à 1,7 million de personnes assistées, soit plus du tiers de la population.

La série de tornades qui a touché cet État en avril dernier, faisant 210 morts, plus de 1700 blessés et des destructions massives, serait responsable de cette forte augmentation.

Les bons alimentaires peuvent être échangés en supermarché contre certains produits alimentaires, à l'exception des produits préparés tels les sandwichs ou encore l'alcool.

Le montant moyen de cette allocation est de 300 $US et varie en fonction d'un plafond mensuel, selon la taille de la famille.

« Les hausses dans le programme d'assistance supplémentaire à l'alimentation indiquent que l'économie est encore en mauvais état et que pour beaucoup de gens, la récession n'est pas terminée », a indiqué Nicholas Colas, un spécialiste des marchés pour l'entreprise ConvergEx sur les ondes de la chaîne américaine ABC News. « Il est clair que le stigmate historique causé par l'aide alimentaire s'érode rapidement parce qu'il y a beaucoup de gens qui en bénéficient », a-t-il ajouté.

En 2010, le programme a coûté 68 milliards de dollars au Trésor américain, comparativement à 250 millions en 1969, ou 1,4 milliard en ajustant le montant selon l'inflation.

Avec les informations de Agence France-Presse, et ABC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International