•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de William Commanda, chef spirituel des Algonquins

William Commanda avait reçu l'Ordre du gouverneur général des mains de Michaëlle Jean.

William Commanda avait reçu l'Ordre du gouverneur général des mains de Michaëlle Jean.

Photo : Adrien Wyld/Canadian Press

Radio-Canada

La communauté algonquine est en deuil. Leur chef spirituel, William Commanda, s'est éteint mercredi, à l'âge de 97 ans.

William Commanda a été le chef de la réserve de Kitigan Zibi, située près de Maniwaki, de 1951 à 1970. Il a consacré sa vie à la défense des siens et à la protection de l'environnement. Ancien trappeur et bûcheron, William Commanda était également connu pour sa parfaite maîtrise de l'art de la construction de canots d'écorce.

Il a prononcé de nombreux discours à l'Organisation des Nations Unies, contribuant à l'adoption de la Déclaration de l'ONU sur les droits des peuples autochtones.

Au cours des dernières années, il était également le chef spirituel d'un mouvement international pour la paix, le Cercle des Nations, qu'il conviait chaque année à un sommet à sa résidence.

Il a été décoré de l'ordre du Canada en 2008.

William Commanda, de son vrai nom Ojigkwanong (Étoile du Matin), était l'arrière-petit-fils du chef Pakinawatik, le leader algonquin qui avait conduit son peuple du lac des Deux Montagnes jusqu'au site de l'actuel réserve indienne de Kitigan Zibi en 1854 (alors désignée sous le nom de réserve de la Rivière Désert).

Sa dépouille sera exposée à sa résidence, mercredi soir, et ses funérailles auront lieu vendredi.

Ottawa-Gatineau

Politique