•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise dans les banques alimentaires

Banque-alimentaire

Une banque alimentaire

Radio-Canada

Les organismes de dépannage alimentaire ont de plus en plus de mal à répondre aux besoins. Alors que les demandes d'aide augmentent de la part de familles en difficulté, la cueillette des denrées est de plus en plus difficile.

Dans les locaux de l'organisme Jeunesse au Soleil de Montréal, plusieurs familles font la queue pour venir chercher leur sac d'épicerie.

« Nous sommes sept à la maison. Depuis l'année dernière, nous vivont de l'aide sociale et ce programme nous aide », explique un père de famille.

La porte-parole de l'association, Anne St-Arnaud, constate que les personnes démunies sont de plus en plus nombreuses : « Depuis 2008-2009, nous avons vu une augmentation d'environ 25 % chaque année de notre clientèle. Cela nous oblige à avoir une campagne de financement l'été ».

Anne St-Arnaud explique l'augmentation des besoins par la hausse du prix des aliments et de toutes les dépenses des familles, alors qu'en parallèle les revenus stagnent.

Moins de denrées

Pour Multicaf, un service de cafétéria et de dépannage alimentaire dans le secteur de Côte-des-Neiges, la collecte de denrées est de plus en plus difficile. Leur premier fournisseur, Moisson Montréal, diminue en effet son apport.

« Ils nous réduisent nos choses. Cela semble être difficile pour eux. Du coup, cela commence à paraître chez nous. Nous devons utiliser de l'argent de nos donateurs et de nos fonds pour acheter des légumineuses et du riz », s'inquiète Alain Landry, directeur de Multicaf.

À quelques semaines de la rentrée scolaire, les familles à faibles revenus voient arriver avec angoisse cette période de l'année.

D'après un reportage de Francine Plourde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société