ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Puits de gaz de schiste
Radio-Canada
Mis à jour le 

L'industrie pétrolière veut « redorer son blason », après avoir reçu des « baffes » dans le dossier des gaz de schiste, pour s'être conduite « en cow-boy ».

L'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP), en coordination avec son pendant québécois, a mandaté une entreprise spécialisée pour lancer un forum de discussion sur Internet, en vue de faire oublier les consultations publiques catastrophiques tenues il y a quelques mois. C'est ce qu'a appris La Presse Canadienne.

Le site forumschiste.com sera lancé officiellement mardi par l'agence de médias sociaux Parta Dialogue. Le site est toutefois déjà en ligne et fréquenté par des internautes. Il est aussi rattaché à une page Facebook et à Twitter.

Le grand patron de Parta Dialogue, Paul Allard, a déclaré que l'industrie est « prête à faire son mea culpa » après avoir reçu des « baffes » en agissant « comme des cow-boys ».

« Il faut rebâtir les ponts qui ont été coupés de façon magistrale », a-t-il dit dans une entrevue à La Presse Canadienne. Il fait référence aux trois séances de consultations publiques qui ont tourné en foires d'empoigne, il y a quelques mois, dans les régions où s'effectue l'exploration gazière.

M. Allard et ses clients veulent redonner la parole aux modérés, en fixant des « règles d'engagement », et lancent même une invitation aux regroupements organisés d'opposants.

« Les règles d'engagement impliquent qu'il faut être transparent, qu'il faut dire les vraies choses, qu'il faut avoir une posture d'humilité, ce que l'industrie n'a pas nécessairement fait au cours des dernières années. [...] [Il faut] remédier à 15-20 ans d'une approche de communication dépassée qui ne marche plus. Il y en a qui en ont fait les frais, comme en Égypte. Moubarak, ça ne marche plus! »

M. Allard a assuré que son site est neutre et vise à arriver à un consensus dans l'opinion publique par un « changement d'attitude ». Toutefois, il doute que les Québécois finissent par dire non aux gaz de schiste et par changer leurs habitudes énergétiques.

« Peut-être que ce sera non, qu'on va dire: ''nous, le peuple, on va faire des sacrifices réels.'' Mais moi, je pense qu'il n'y a pas beaucoup de monde qui fait des sacrifices. Donc, je pense que l'aboutissement, ce sera: '''ok, il y a peut-être une manière d'envisager ça.''

Il est conscient qu'il s'agit du voeu de l'industrie. « Nos clients souhaitent ça », a-t-il convenu, en ajoutant que le site de discussion contribuera à « redorer [leur] blason ».

« C'est clair que ça va redonner [à l'industrie] ses lettres de noblesse, mais elle va devoir changer, prendre acte des demandes de la population. »

De son côté, le directeur de l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), Stéphane Gosselin, ne voit pas cette nouvelle offensive comme une manière de redorer le blason de ses membres, mais comme « un moyen de dialoguer ».

« Nos séances d'information ont été difficiles, a-t-il rappelé dans une entrevue téléphonique. Pour nous c'est l'occasion de reprendre, avec des règles, le dialogue qui avait mal débuté. »

L'APGQ « participe activement » à forumschiste.com, mais ne finance pas le site comme l'ACPP. M. Gosselin espère ainsi « corriger les faussetés », en fournissant une « bonne information », tout en convenant qu'il a un « préjugé favorable ».

La démarche permettra de « démystifier » l'industrie, pour que les citoyens « puissent voir le pour et le contre, et on espère qu'ils se joindront à nous », a-t-il dit.

En plus des échanges, le site comporte des capsules vidéo. On y voit des personnes identifiées par leur prénom qui posent des questions, par exemple sur les risques de contamination des nappes phréatiques, ou encore, sur les coûts et les effets à long terme. C'est M. Gosselin lui-même qui répond de façon rassurante dans des extraits vidéo.

Le site est uniquement en français, mais l'ACPP a l'intention de lancer une version anglaise à l'intention du reste du pays en septembre, selon ce qu'a indiqué M. Allard.

Il souhaite enfin que les élus prennent part au débat de forumschiste.com. À ses yeux, « le gouvernement n'a pas joué son rôle » en ne mettant pas en place « des balises », de la « réglementation », en ne fournissant pas des données sur les retombées, etc.

« Ça va certainement réveiller [...] nos dirigeants », a-t-il conclu.

Pour sa part, l'ACPP soutient que le forum de discussion sert tout simplement à répondre à des questions et à « sortir l'émotion du débat pour y injecter des faits ». C'est ce qu'a résumé son porte-parole, Markus Ermisch, dans un entretien téléphonique, en évitant soigneusement d'évoquer quelque problème d'image que ce soit.

« Le Québec n'a pas une longue histoire de production d'énergie comme l'Alberta et la Colombie-Britannique. Donc les gens se posent des questions. »

Tout au plus, il a indiqué que les communications avec les citoyens au Québec étaient un défi, en raison des différences linguistiques.

« Comme l'industrie pétrolière est établie à Calgary, il y a une barrière des langues. C'était un défi de répondre aux inquiétudes des gens qui ne parlent pas anglais. Comme forumschiste.com est en français, la communication est plus facile entre l'industrie et les gens. »

Enfin, il a bon espoir que le site de discussion révèle la vraie nature de l'industrie, une industrie tout à fait « sécuritaire ».

« Les gaz de schiste sont sécuritaires et les faits parlent d'eux-mêmes. Nous espérons que forumschiste.com fera ressortir les faits. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ressources naturelles

Environnement