•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Effondrement dans le tunnel Ville-Marie

Tunnel Ville-Marie

Tunnel Ville-Marie

Radio-Canada

Une structure de béton d'environ 20 mètres sur 20 mètres s'est effondrée dans le tunnel Ville-Marie, à Montréal.

L'incident s'est produit vers 9 h 10 sur l'autoroute 720 Est, à la hauteur de la sortie Saint-Laurent.

L'autoroute 720 a rapidement été fermée dans les deux directions. Les voies en direction ouest ont été rouvertes en milieu d'après-midi.

Il n'y avait aucun véhicule dans le secteur au moment où l'effondrement a eu lieu. Personne n'a été blessé.

Un vaste périmètre de sécurité a été établi par la Sûreté du Québec et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et des inspecteurs du ministère des Transports du Québec ont été dépêchés sur les lieux.

La porte-parole du ministère, Caroline Larose, a expliqué que la structure qui est tombée sur la chaussée est un paralume, un écran installé pour éviter que les automobilistes soient aveuglés par le soleil. Elle s'est retrouvée sur les voies après qu'une poutre qui le soutenait se soit détachée.

Au moment de l'effondrement, des travailleurs effectuaient à proximité des travaux d'entretien sur les murs de soutènement du tunnel. Ce sont eux qui ont alerté les autorités de l'incident.

Le ministère des Transports affirme que rien n'indique pour l'instant que ces travaux soient en cause dans l'incident.

Autoroute Ville-MarieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Autoroute 720 Est

Photo : Radio-Canada

Selon l'ingénieur en structures François Ménard, l'énergie de vibration peut créer des microfissures dans l'ouvrage de béton et ces fissures deviennent plus grosses et désolidarisent le béton autour des armatures, ce qui démolit l'ouvrage.

Sans se prononcer sur les causes probables de l'effondrement, M. Ménard affirme que des vibrations normales ne peuvent pas endommager une structure qui est en bon état.

Le ministère se veut rassurant et se défend

Mme Larose a tenté de rassurer les automobilistes. « Évidemment, la cause [de l'effondrement] nous est encore inconnue. Dès qu'on la saura, on pourra vous en dire davantage, mais on ne rouvrira pas cette structure tant et aussi longtemps qu'on n'est pas certain qu'elle est sécuritaire », a-t-elle assuré.

Selon la porte-parole, le ministère n'a pas été négligent. « Le ministère des Transports vérifie ses structures, les inspecte, les répare, a un plan de redressement qui est en place où on investit près de 4 milliards de dollars cette année, donc les travaux sont faits pour maintenir en forme et en état nos structures », a-t-elle soutenu.

Le ministre des Transports du Québec, Sam Hamad, s'est rendu sur les lieux dimanche en fin d'après-midi pour constater les dommages.

Il n'écarte aucune hypothèse pour l'instant concernant les causes de l'effondrement. Une équipe d'ingénieurs doit commencer l'inspection des structures dans le tunnel, précise-t-il.

Par ailleurs, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, en point de presse dimanche après-midi, a tenu à rassurer la population qui emprunte le réseau routier montréalais.

Il s'est dit préoccupé par la situation, mais n'y voyait pas une raison de céder à la panique.

Gestion de la circulation

Le maire Gérald Tremblay a annoncé que les automobilistes ne pourront plus se stationner dans le secteur à partir de lundi, notamment sur les rues Ontario et Saint-Antoine ainsi que sur le boulevard René-Lévesque. La Société de transport de Montréal (STM) recommande quant à elle aux automobilistes d'utiliser le plus possible le transport collectif et d'éviter le secteur afin de réduire l'achalandage en semaine.

Des ouvriers devant les décombres du paralumeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des ouvriers devant les décombres du paralume

Photo : Radio-Canada

Grand Montréal

Infrastructures