•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dette américaine : Obama annonce la conclusion d'un accord

Barack Obama

Photo : La Presse canadienne / Carolyn Kaster

Radio-Canada

Le président américain, Barack Obama, a annoncé dimanche soir que les leaders démocrates et républicains du Congrès ont conclu une entente de principe sur le relèvement du plafond de la dette, évitant ainsi un possible défaut de paiement des États-Unis.

« Je veux annoncer que les responsables des deux partis dans les deux chambres ont trouvé un accord qui va réduire le déficit et éviter le défaut [de paiement], un défaut qui aurait eu un effet dévastateur sur notre économie », a déclaré le président lors d'une brève allocution dans la salle de presse de la Maison-Blanche.

Le projet de loi doit cependant être approuvé par la Chambre des représentants et le Sénat.

L'accord prévoit de hausser le plafond de la dette au-delà de 2012, comme le souhaitait le président Obama.

Il comprend une réduction des dépenses de l'État fédéral de plus de 1000 milliards de dollars américains sur 10 ans et la mise sur pied d'un comité bipartite chargé d'émettre d'ici novembre prochain des recommandations pour des réductions supplémentaires d'environ 1500 milliards.

Immédiatement après l'annonce du président, le leader de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, a soutenu que l'entente ne portait pas atteinte aux principes du Parti républicain.

Il a insisté sur le fait que l'accord ne comporte aucune hausse d'impôts et les baisses des dépenses qu'il prévoit sont supérieures au relèvement du plafond de la dette.

John Boehner a dit qu'il espérait le soumettre au vote à la Chambre des représentants « aussi vite que possible ».

Malgré l'optimisme affiché par M. Boehner ainsi que par les leaders démocrate et républicain au Sénat, Harry Reid et Mitch McConnell, plusieurs élus se disent néanmoins insatisfaits de l'accord.

Les démocrates les plus à gauche déplorent le fait que l'accord ne contienne pas d'augmentation d'impôts pour les plus riches et craignent que des coupes soient effectuées dans les programmes de Sécurité sociale et Medicare.

Les républicains les plus à droite trouvent quant à eux que les réductions de dépenses prévues ne sont pas assez importantes.

Les élus devaient parvenir à une entente sur le relèvement du plafond de la dette, actuellement de 14 294 milliards de dollars, d'ici le 2 août, sans quoi les États-Unis pouvaient se retrouver en défaut de paiement.

Réaction favorable des marchés

Le soulagement était notable sur les places boursières asiatiques lundi matin. La bourse de Tokyo grimpait de 1,8 % peu après l'annonce de Washington.

Les marchés américains étaient aussi en nette hausse dimanche soir, dans les échanges électroniques de la fin du week-end.

Selon les chiffres publiés vers 21 h aux États-Unis, par la chaîne de télévision CNBC sur son site Internet, l'indice Dow Jones gagnait 1,51 %, à 12 271 points. Le Nasdaq prenait 1,45 %, à 2393 points et l'indice S&P augmentait de 1,57 % à 1309 points.

Le dollar a gagné en valeur lundi matin par rapport au yen japonais, atteignant 77,84 yens après l'annonce de l'accord, alors qu'il se situait vendredi à 76,73 yens.

Le billet vert était en revanche presque stable par rapport à la devise européenne, à 0,69 euro.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Économie