ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande-Bretagne : ouverture de l'enquête sur le scandale des écoutes téléphoniques

La lettre d'excuses de Rupert Murdoch

La lettre d'excuses de Rupert Murdoch

Photo : La Presse canadienne / Sang Tan

Radio-Canada

L'enquête publique pour faire la lumière sur le scandale des écoutes en Grande-Bretagne a été lancée officiellement jeudi par le juge Brian Leveson, nommé par le premier ministre David Cameron.

La commission a 12 mois pour déterminer les responsabilités dans le scandale des écoutes, ainsi que pour « enquêter sur la culture, les pratiques et l'éthique de la presse » afin de formuler des recommandations pour mieux encadrer les pratiques des médias. Présentement, la presse britannique est autorégulée par la Press Complaints Commission, un organisme de plus en plus critiqué, notamment par le gouvernement.

Le juge Leveson souhaite impliquer une large partie de la profession, « y compris des médias audiovisuels ».

Les auditions, qui débuteront en septembre, seront publiques et s'accompagneront à compter d'octobre de tables rondes pour élargir la réflexion.

Il doit y avoir un débat sur les limites de la notion d'intérêt public.

Le juge Brian Leveson

« Il pourrait être tentant pour certains de serrer les rangs en considérant que le problème est circonscrit à un groupe de journalistes travaillant pour le News of the World [tabloïd du groupe Murdoch à l'origine du scandale], mais je les encouragerais plutôt à avoir une vision plus large de l'intérêt public et à m'aider à m'attaquer au problème dans toute son ampleur », a indiqué le juge Leveson.

En 2006, un rapport du Bureau du commissaire à l'information révélait que « 300 journalistes appartenant à 31 publications différentes ont sollicité à 4000 occasions des détectives privés pour leur demander des informations confidentielles, pour la plupart obtenues illégalement ». Aucune suite n'a été donnée à ce rapport.

L'enquête a démontré que le tabloïd Daily Mail était celui qui avait effectué le plus grand nombre de demandes, suivi du Sunday People et du Daily Mirror.

Les membres de la commission d'enquête publique sur le scandale des écoutes téléphoniques en Grande-BretagneLa commission d'enquête est composée du juge Brian Leveson, un militant reconnu des droits de l'homme, un haut responsable de la police, un ancien patron de l'Ofcom (régulateur des communications), deux journalistes et l'ancien président du Financial Times. Dans une déclaration d'intérêts, tous les membres ont détaillé leurs liens avec le groupe Murdoch.

Parallèlement à la commission d'enquête lancée par le gouvernement britannique, une enquête policière regroupant une soixantaine d'enquêteurs de Scotland Yard est également en cours.

Au cours des dernières semaines, plusieurs politiciens ont été liés aux entreprises de presse soupçonnées d'avoir procédé à des écoutes électroniques illégales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International