•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encelade arrose Saturne

La lune Encelade

La lune Encelade

Photo : ASE

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La vapeur d'eau découverte dans la haute atmosphère de Saturne provient des geysers d'Encelade, une des lunes de la planète aux anneaux, selon des données fournies par le satellite Herschel de l'Agence spatiale européenne (ASE).

La localisation de la source de la vapeur d'eau trouvée dans la haute atmosphère de Saturne répond à un questionnement qui date de 14 ans.

Encelade est un petit satellite glacé ayant un rayon d'environ 500 km. Il expulse environ 250 kg de vapeur d'eau par seconde par des geysers situés près du pôle Sud.

Cette vapeur d'eau s'accumule ensuite dans un gigantesque nuage dans le sillage d'Encelade qui prend l'apparence d'un pneu.

La lune orbite à environ 238 000 km de Saturne, soit une distance correspondant à quatre fois le rayon de Saturne. Ce nuage de vapeur d'eau a environ 50 000 km d'épaisseur.

Malgré sa taille impressionnante, le nuage n'avait pas été détecté à ce jour parce que la vapeur d'eau est transparente dans les longueurs d'onde de la lumière visible, mais pas dans celles de l'infrarouge que capte Herschel.

Le saviez-vous?

La présence d'eau dans la haute atmosphère de Saturne avait été détectée par les instruments du télescope spatial ISO (Infrared Space Observatory) de l'ASE pour la première fois en 1997. Les chercheurs en ignoraient la source.

Les simulations numériques réalisées à l'aide des observations du satellite Herschel permettent d'établir que de 3 % à 5 % de l'eau éjectée par Encelade tombe vers Saturne. Ce pourcentage suffit, selon les astronomes, à expliquer la présence d'eau dans la haute atmosphère de la deuxième plus grosse planète du système solaire.

Encelade devient ainsi, selon l'ASE, la seule lune du système solaire qui influe sur la composition chimique de sa planète.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Astronomy and Astrophysics.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !