•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

John Baird fait remplacer Pellan par Élisabeth II

Des fonctionnaires des Affaires étrangères et des amateurs d'art sont agacés par la nouvelle décoration choisie par le ministre John Baird pour le hall d'entrée de l'édifice du ministère à Ottawa.

À la fin du mois dernier, deux tableaux du peintre québécois Alfred Pellan ont été retirés du mur où ils étaient accrochés depuis des décennies pour être remplacés par un portrait de la reine. Il s'agit d'un portrait qui date de 2002, alors que la reine était en visite au Canada pour son jubilé d'or.

Ce changement a été ordonné juste avant la visite du prince William et de sa femme, Kate, et a étonné certains employés lorsqu'ils sont entrés dans l'édifice Lester-B.-Pearson après une longue fin de semaine de congé.

Les deux tableaux d'Alfred Pellan, grands et riches en couleurs, représentent l'ouest et l'est du Canada. L'un des tableaux montre des mâts totémiques et des montagnes côtières, l'autre, des pêcheurs, des orignaux et des voiliers.

Les deux oeuvres se trouvaient côte à côte au-dessus du comptoir de la réception depuis l'inauguration de l'édifice par la reine, en 1973. Des marques laissées par les tableaux sont toujours visibles autour du portrait de la reine.

Ces peintures avaient été commandées pour l'ouverture, en 1944, de la première mission canadienne à Rio de Janeiro. Alfred Pellan venait de fuir Paris à cause de la Deuxième Guerre mondiale.

Des employés du ministère des Affaires étrangères ayant accepté de parler sous le couvert de l'anonymat ont affirmé que la décision avait été prise soudainement et après peu de consultation au préalable avec le ministère. Ils ont déploré que des oeuvres d'art canadiennes aussi importantes aient été substituées par une image de la reine pour accueillir les visiteurs.

Un porte-parole de John Baird, Chris Day, a expliqué que le ministre aimait beaucoup l'art canadien, mais a ajouté que le mur où se trouvaient les tableaux d'Alfred Pellan avait une nouvelle vocation.

« Le Mur de la souveraine est un hommage digne de notre chef d'État, la reine Élisabeth II, en reconnaissance à l'approche de son jubilé de diamant, en 2012, a écrit M. Day dans un courriel. Il a également été créé en reconnaissance pour la visite du duc et de la duchesse de Cambridge de l'édifice Lester-B.-Pearson, le 1er juillet. »

Le président national de la Ligue monarchiste du Canada, Robert Finch, s'est dit heureux de la décision, faisant valoir qu'il n'y avait pas suffisamment de portraits de la reine dans les édifices gouvernementaux canadiens, y compris à Rideau Hall, la résidence du gouverneur général.

« Le portrait de la reine dans un édifice gouvernemental renforce [...] le fait que la reine est la chef d'État, le fait que la reine est réellement celle qui personnifie le gouvernement canadien », a expliqué M. Finch.

Germain Lefebvre, qui a écrit une biographie sur Alfred Pellan, estime qu'il est insensé de remplacer les oeuvres du peintre par une image qui peut être vue ailleurs.

L'auteur a fait valoir qu'Alfred Pellan avait insufflé, à son retour de Paris, la modernité dans l'art au Québec et au Canada.

« On était toujours dans le Groupe des Sept dans ces années-là, et il [Alfred Pelland] arrive avec tout l'héritage du modernisme européen, avec le surréalisme, le cubisme, avec toutes les influences de Matisse et Cézanne et de tous les grands peintres de l'Europe. Ce n'était presque pas connu ici. »

Arts visuels

National